05262024Headline:

Présidentielle 2025 : Le PPA-CI prépare l’investiture de son candidat Laurent Gbagba

Dans la perspective de la présidentielle de 2025, le parti de Laurent Gbagbo annonce la convocation de deux importantes réunion dont le choix de la date de la prochaine convention pour la désignation formelle de son candidat est l’unique point à l’ordre du jour.

Il n’y a plus de temps à perdre. À quelque 18 mois de la prochaine élection présidentielle, le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire se prépare à investir son candidat.

Dans cette perspective, deux importantes réunions, dont un secrétariat général extraordinaire et Comité central ont été convoquées respectivement pour les jeudi 11 et samedi 13 avril 2024. Seul point à l’ordre du jour pour ces deux activités : « la convocation d’une convention pour la désignation formelle et solennelle du candidat du parti pour l’élection présidentielle de 2025 ».

Il s’agira, à l’issue de ce conclave, de choisir la date de l’investiture de Laurent Gbagbo en tant que candidat du parti à l’élection présidentielle de 2025. L’ancien chef de l’État, âgé de 79 ans, est le seul poids lourd de la scène politique ivoirienne à avoir annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2025. Malgré son inéligibilité, il a répondu favorablement à l’appel des cadres et militants de son parti le samedi 9 mars lors d’une réunion du Comité central du PPA-CI.

Une décision qu’il a d’ailleurs confirmée lors de son dernier meeting à Agboville à l’occasion de la 2e édition de la fête de la renaissance. « La compétition politique existe. Je veux concourir », déclarait-il à cette occasion.

Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale pour des faits de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en lien avec la crise militaro-politique de 2010-2011, est pourtant inéligible à toute compétition électorale en Côte d’Ivoire. Condamné à 20 ans de prison dans le cadre de l’affaire dite du braquage de la BCEAO, assorti d’une peine de privation de ses droits civiques, l’ancien chef de l’État a été exclu de la liste électorale.

La grâce présidentielle prise par le président Alassane Ouattara en 2022 dans le cadre de la décrispation du climat socio-politique n’a pas pour autant annulé sa peine, contrairement à l’amnistie que ses proches et lui auraient souhaitée. Et une personne condamnée ne peut pas se présenter à une élection. De son côté, l’ancien chef d’État rejette le verdict de son procès ainsi que toutes les accusations portant sur sa quelconque implication dans le prétendu braquage de l’agence abidjanaise de la BCEAO.

« (…) Je n’ai pas braqué, mais sinon on sait qui a braqué l’argent de la BCEAO. La BCEAO MAN a été braquée, Korhogo et Bouaké ont été braqués pendant la rébellion (…) les gens qui ont braqué sont avec vous », arguait-il récemment depuis Agboville.

Pour l’élection présidentielle de 2025, le PPA-CI prévient qu’elle n’a aucune autre alternative que la candidature de son président, Laurent Gbagbo, à cette élection. Après la désignation formelle de Laurent Gbagbo à la prochaine convention du parti, le PPA-CI annonce qu’il accordera la « priorité » à « l’élection présidentielle et aux autres échéances électorales de 2025 ». Il entend également engager le combat pour obtenir « la réinscription du nom » de Laurent Gbagbo sur la liste électorale.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

What Next?

Recent Articles