04232024Headline:

Prévention des conflits, paix et stabilité politique: Les États-Unis et 5 pays africains en concertation à Abidjan.

Les États-Unis organisent deux jours durant les 27 et 28 mars, une conférence régionale sur le thème:
« La stratégie américaine pour prévenir les conflits et la promotion de la stabilité ». Cette rencontre porte sur plusieurs domaines d’activités dont; l’assistance diplomatique, le développement et social, la défense et la sécurité. Prennent part à cette rencontre des pays partenaires des États-Unis qui partagent la bande côtière de l’Afrique de l’Ouest: Côte d’Ivoire, Bénin, Ghana, Guinée et Togo.
Au cours de la cérémonie d’ouverture hier à Abidjan-Plateau, l’ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire, Jessica Bah, a affirmé la volonté de son pays de s’investir davantage dans la lutte contre l’extrémisme violent. Surtout en Côte d’Ivoire, ainsi que dans les autres pays du golfe de Guinée, en proie à ce fléau.
« À travers ce séminaire, nous allons prendre le temps d’écouter et apprendre de nos partenaires. Mais nous entendons aussi partager notre expérience en la matière. C’est ainsi que se présente la nature de ce partenariat qui continue d’aller de l’avant », a soutenu la diplomate américaine.
Spécifiquement, en ce qui concerne la Côte d’Ivoire, Jessica Bah n’a pas hésité à saluer à sa juste valeur ce partenariat qui la lie, depuis bien longtemps, à son pays. « Les États-Unis sont un partenaire de poids pour la Côte d’Ivoire. Ce pays, il faut le souligner est un de nos meilleurs et un partenaire important dans la région ouest africaine…».
Selon elle, à l’instar de la Côte d’Ivoire, la Maison blanche a mis en place une stratégie globale de coopération avec la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana, la Guinée et le Togo, dans le cadre de la lutte contre le djihadisme dans les pays du golfe de guinée.
« En réalité, nous sommes en train de tester cette stratégie uniquement dans la région des pays côtiers ouest-africains ».
Expliquant que cette stratégie consiste à tester les moyens à mettre en œuvre pour rendre plus forts et plus résilients les communautés qui courent des risques et se trouvent en danger, face aux situations dans le sahel et dans la sous-région. « Il s’agit de voir avec tous les partenaires, comment investir pour mieux aguerrir les communautés et leur permettre de faire face à toutes ces menaces ».
Au nom de la Côte d’Ivoire, c’est le général de brigade Jean-Christophe Mouho qui est intervenu pour saluer cette initiative. L’officier général a également indiqué qu’il s’agit d’échanger sur les expériences et les moyens à mettre à disposition pour lutter contre l’extrémisme violent. Il a, par ailleurs, souligné que cette rencontre permettra de mener des réflexions sur les ressources à engager pour un mieux-être des populations exposées au terrorisme. ” Il s’agit de les aider à se retrouver et à bien s’insérer dans le tissu économique. Tout en évitant d’être des proies au djihadisme et barrer la route au terrorisme », a conclu l’officier général.

What Next?

Recent Articles