05262024Headline:

Tensions à la frontière, incidents avec la Côte d’Ivoire : Ibrahim Traoré s’exprime

Dans un entretien captivant accordé à la télévision nationale RTB le 27 avril 2024, le président de la transition au Burkina Faso s’est exprimé sur les incidents récents survenus à la frontière avec la Côte d’Ivoire. Accusant ouvertement son voisin ivoirien d’abriter des opposants à son régime et de ne pas réagir face aux incursions terroristes, le capitaine Ibrahim Traoré a qualifié les détentions de soldats des deux côtés de la frontière de simples “incidents mineurs”.

Interrogé sur la situation à la frontière, Traoré a déclaré : “C’est quelques incidents mineurs. Ça ce n’est pas un problème pour nous. Retenez que nous, nous sommes en guerre. Donc ça, ce sont des incidents à nos yeux. Vous ne pouvez pas comprendre ce que je dis, mais nous, nous sommes en guerre et on est préparés à tout.” Il a ensuite évoqué plusieurs incidents spécifiques, dont la détention de deux soldats burkinabè par les forces ivoiriennes à Abidjan.

« La dernière fois, pendant l’opération, il y a un soldat et un VDP que les forces ivoiriennes ont appréhendés et emmenés chez eux à Abidjan. Avant ça, il y a deux gendarmes ivoiriens qui avaient fait une incursion… Mais il y a eu plusieurs incursions… », a déclaré le capitaine Traoré, citant des “fiches avec tous les noms”.

Poursuivant, il a affirmé qu’il y a eu plus d’une vingtaine de fois où les forces ivoiriennes sont rentrées sur le territoire burkinabé. « Mais bon… On n’a jamais pris et gardé (arrêter). Mais les deux (gendarmes ivoiriens), c’était un cas particulier : pour des questions de renseignements ».

Le dirigeant burkinabé a ensuite évoqué le cas de ses deux soldats détenus par la partie ivoirienne. « Ils sont allés pour payer de la cigarette, je crois, dans un village curieusement habité à deux kilomètres de la frontière, et les forces ivoiriennes les ont pris. Mais je suis curieux de voir qu’ils aient pu appréhender ces deux soldats et que tous ces terroristes qui sont rentrés, ils n’ont pas réagi », a-t-il déclaré.

Ce point de la situation d’Ibrahim Traoré à la télévision nationale burkinabè survient dans un contexte de tensions croissantes entre les pays voisins. Des incidents, survenus le mercredi 27 mars dernier, en début d’après-midi, et impliquant des tirs entre soldats des deux pays, ont ravivé les tensions dans une zone où les frontières sont mal définies.

Un hélicoptère MI-24 de l’armée ivoirienne aurait même essuyé des tirs d’un groupe de soldats burkinabés faisant une incursion en territoire ivoirien à la suite de l’interpellation d’un militaire de première classe et d’un supplétif des volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

What Next?

Recent Articles