09212019Headline:

Côte d’Ivoire/ Réflexion : cette voiture est la représentation parfaite de ce que nous avons fait de notre pays

MARIE BARBE FADIGA
SIMPLE RÉFLEXION

Au nom de quoi svp ?

Cette voiture est la représentation parfaite de ce que nous avons fait de notre pays.
Au nom de quoi ?
Je m’interroge.

Au nom de l’hospitalité ?

Nous n’avons pas mise en place une politique de l’immigration, aujourd’hui nous en payons le prix.

Quand le président Houphouet disait que le succès de ce pays repose sur l’agriculture, il a oublié de dire aux travailleurs agricoles qu’après soldes le pays ne leur doit plus rien de rien.

Quand le président Houphouet refusait les camps de réfugiés en demandant aux ivoiriens d’accueillir nos frères dans leurs familles, il a oublié de préciser aux ivoiriens que toute l’Afrique le considèrait comme le fossoyeur du panafricanisme. Il a omit de dire aux ivoiriens qu’ils sont détestés dans la sous région.

L’image contient peut-être : texte

Le plus important est que nos hôtes n’ont pas compris que l’expression ” fait comme chez toi” ou “tu es chez toi” te rappelle que tu n’es pas chez toi.

Au nom de la démocratie ?
Quelle démocratie ?

Je suis dans le regret de reconnaître que nous n’étions pas éduqué en tant que nation pour le multipartisme.

Aujourd’hui encore 30 ans après nous sommes au stade d’expliquer les bases.
Toutes ces nations dites démocrates aujourd’hui ont prit des décénies voire des siècles pour arriver au multipartisme. Ils ont consolidés leur unité nationale, leur patriotisme, leur économie, avant d’introduire le multipartisme.
Toutes les nations qui ont pu relever le défi du sous développement ont établi un parti unique pour avoir un climat propice au développement, après à un rythme voulu et surtout en s’appuyant sur leurs cultures et leurs réalités ils construisent la démocratie et s’ouvre au multipartisme. La Chine, la Lybie, aujourd’hui le Rwanda.
En les étudiants nous comprenons que le discours de Mitterand n’était qu’un leurre pour les opposants africains qui ont juste étaient utilisés pour stopper les efforts d’émancipation économiques de nos pays.
S’ils étaient sincères nous n’aurions jamais vécu la crise postélectorale.

Au nom de la paix ?

Avons encore nous été en paix depuis 84, année où la France a décidé de nous arrêter dans notre processus d’indépendance.
Concessions après concessions, nous sommes arrivés à compromissions après compromissions.
Nous n’avons pas pour autant eu la paix.
Seulement après tout ces sacrifices ont nous dit le vrai prix.

L’image contient peut-être : ciel, plein air et eau

C’est aujourd’hui, on nous dit c’est au nom de QUOI

Ivoirien tais-toi.
Laisse toi déposséder.
Déposséder de quoi ?
De ta nationalité
De ton identité
De tes terres
De tes richesses

Ivoirien prie et espère.
Espérer quoi ?
Espérer qu’ils comprennent
Espérer qu’ils acceptent
Espérer qu’ils renoncent
Espérer qu’ils nous aiment plus que nous nous aimons.

Quand la bande de la cassette vidéo subissait ce sort nous avions une technique pour la rendre de nouveau utilisable.
Aujourd’hui plus que jamais nous avons le devoir de nous mettre en ordre de marche pour notre pays.
Sortir de cette engrenage.
Personne ne le fera à notre place.
Taisons nos querelles, mains dans la mains allons au front avec intelligence. Arrachons dans la dignité qui nous caractérise notre pays des mains des vautours.
Notre pays nous appelle pour devenir une nation. Afin de tenir sa place de modèle.

Si nous choisissons de nous taire, de laisser faire, Taisons à jamais.

En vertu du droit inanienable que chaque peuple a à disposer de lui-même OFFRONS NOUS NOTRE LIBERTÉ, NOTRE SOUVERAINETÉ.

MMB

source radio Pdci rda

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment