10172017Headline:

Afrique : en 35 ans le pasteur dispose de 4 Jet privés, les Fideles; eux, n’arrivent pas à manger 2 fois par jours

pasteurs et fideles

L’Afrique est pauvre économiquement mais étrangement elle compte parmi ses rangs les pasteurs les plus riches au monde. La fortune de ces hommes de Dieu multimillionnaire n’est que le fruit des importantes cotisations qu’ils récoltent auprès de leurs fidèles. La puissance économique de la population la plus pauvre de la planète n’est plus à prouver. Etre pasteur fait rêver de nos jours.

Difficile pour certains de comprendre comment une population pauvre peut disposer d’une puissance économique, c’est ce qu’on appelle le paradoxe africain.

Tout comme l’amour exacerbé des Africains pour les pays qui les méprisent au nom de la religion, enrichir les leaders religieux est un autre paradoxe qu’on observe presque exclusivement et à une grande échelle en Afrique.

La population la plus pauvre et la plus désœuvrée au monde a été capable au cours de cette dernière décennie de lever assez de fonds pour que le continent africain compte parmi ses rangs 5 des pasteurs les plus riches de la planète dont le plus riche. Il s’agit du pasteur Nigérian David Oyedepo avec une fortune de 150 millions de dollars, une fortune bien plus importante que celle de nombreux entrepreneurs eux-mêmes multimillionnaires.

L’aliénation des Africains par les religions est ici à son paroxysme. Faire vœu de suivre une religion ne doit pas impliquer de faire vœu de stupidité. Depuis 35 ans ce pasteur est à la tête de la congrégation la plus puissante d’Afrique avec 50 000 fidèles, qui versent au minimum 30% de leur revenue à l’église chaque mois. La bêtise de certains Africains est sans limite, chaque semaine les 50 000 fidèles se pressent pour vider leurs poches de leurs maigres salaires durement gagnés pour en remettre une partie voir la totalité à l’église. Ils agissent ainsi dans le respect du principe religieux du versement de la dîme et dans l’espoir que leurs prières seront exaucées.
Et bien en 35 ans peu sont devenus multimillionnaires comme leur pasteur, peu disposent de 4 jets privés, de propriétés à travers le monde, d’une maison d’édition et d’une université pour ne citer que ça. Mais rien y fait, l’engouement s’intensifie d’années en années.

L’église du pasteur Oyedepo est aujourd’hui une multinationale présente dans 40 pays à travers le monde avec un chiffre d’affaire en perpétuel croissance. Une influence qui va bien au-delà de la classe moyenne et défavorisée. Même les hommes politiques et les plus riches sont sensibles à leurs prêches. Le pasteur Oyedepo compte parmi ses plus fervents fidèles l’ancien président nigérian GoodLuck Jonathan pour qui il avait mobilisé toute son église afin qu’il gagne les élections de 2015.
Sa réussite inspire chaque jour des aspirants au métier de pasteur à travers l’Afrique.

Tous les jours on voit apparaitre un nouveau prophète, prêt à tout pour devenir le prochain David Oyedepo.

La réussite économique des pasteurs nigérians n’est pas une surprise, trois d’entre eux sont issues de l’ethnie Yoruba, les grands commerçants d’Afrique de l’ouest. Certainement il va falloir que tout jeune entrepreneur se rendre dans une église pour acquérir les bases du commerce, car ces pasteurs sont parmi les meilleurs businessmen du continent.

Sisi Adouni

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

3 Responses to "Afrique : en 35 ans le pasteur dispose de 4 Jet privés, les Fideles; eux, n’arrivent pas à manger 2 fois par jours"

  1. leoci says:

    Article bidon, ces pauvres qui n’arrivent pas à manger là font quête combien ? pour que le pasteur puisse acheter voiture pour parler de 4 avions, vous ne réfléchissez pas assez vous qui avez fait cet article.

  2. Lun-Droup Dorjé says:

    J’ai connu des gens tellement pauvres qu’ils ne possédaient que de l’argent

  3. Guy L.Bayong says:

    ceci ressemble à une N-ième conspiration de l’occident et ses accolites contre l’Afrique et ses plus grands ambassadeurs. c’est une science qui vous dépasse!

Leave a Reply

Submit Comment