01242017Headline:

Côte d’Ivoire: Des écoliers soumis au jeûne/Un élève hospitalisé

ecoliere

Des parents d’élèves ont joint notre rédaction pour nous faire part de ce que des écoliers de l’Ecole Baptiste Foi et vie en action, étaient soumis au jeûne (s’abstenir de manger et de boire), à Jean Folly, route de Grand-Bassam, dans la commune de Port-Bouët.

Selon eux, un élève en a été victime parce qu’affaibli, il aurait été hospitalisé. Ce qui nous a poussé à faire un tour dans cette école, le jeudi 29 octobre 2015. « Jamais nous n’avons appris qu’un de nos élèves, affaibli par le jeûne, a été hospitalisé », a coupé court, Konan Marcellin, le directeur de l’école. Selon lui, cette année, il n’a pas encore été question de jeûne dans son établissement.

« A la veille des examens blancs ou des vrais examens, nous demandons aux élèves qui, d’ailleurs, sont âgés de 10 à 13 ans, de Cm2, de jeûner, de 8h à midi. Ils mangent, une fois la maison à midi. Ce n’est pas une obligation. Il arrive même que certains, bien qu’ayant été avertis, nous disent qu’ils ont mangé avant d’arriver à l’école. Et puis, dans cette école, il y a des élèves d’autres confessions religieuses », a poursuivi le directeur de cette école qui a laissé entendre : « Nous formons les enfants pour qu’ils aient une vie de prière. Nous prions, dans chaque classe, une dizaine de minutes, par jour. Les parents le savent, puisque nous sommes une école confessionnelle. Ce que nous faisons, permet de briser des liens. Voyez-vous, un jour, un parent d’élève est venu nous dire qu’à la maison, l’un de ses enfants qui était, il y a quelques années, au Ce1, ici, ne supportait pas que son grand frère, au Cm2, chez nous, prie, quand ils sont ensemble. Un jour, cet enfant s’est dévoilé. C’était une fille. Elle a dit qu’elle est venue du village pour ensorceler son aîné. Cette révélation n’aurait pas été faite si celui-ci ne priait pas ».

Selon Konan Marcellin, il y a des rivalités entre les élèves dans les classes, et si Dieu n’est pas présent, la porte est ouverte à des dérives. « Des parents d’élèves ou des élèves peuvent se livrer à des pratiques pour que leurs concurrents soient surmenés. Or, si nous brisons ces liens là, rien de ce genre ne pourra arriver à nos élèves. Et puis, c’est Dieu qui donne la sagesse et l’intelligence. Il faut que les parents sachent que ce sont eux et nous qui faisons l’école. S’il y a quelque chose, ils doivent nous en informer », a soutenu notre interlocuteur qui a noté que les résultats de son école vont crescendo, depuis sa création en 2010.

Dominique FADEGNON

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment