10232017Headline:

Nouvelle Constitution: Eugène 1er sort de son silence /Ce qu’il propose à Ouattara

eugene 1er

Réforme de la Constitution: Eugène 1er craint une grave crise

Ses deux solutions pour l’éviter
Ce qu’il propose à Ouattara

Le Seigneur Eugène 1er (Eugène Esmel Lohoues) s’est invité dans le débat sur la réforme constitutionnelle. Dans une contribution, l’homme de Dieu donne ses solutions pour éviter une grave crise et interpelle le chef de l’État.

C’est une erreur d’associer les partis politiques au projet de la réforme constitutionnelle. Il revient à la jeunesse d’élaborer une Constitution solide et sans faille. Nous avons tous constaté que les modifications dernières de la Constitution n’ont pas épargné la Côte d’Ivoire d’une grave crise. Et ce parce que la jeunesse n’avait pas été associée à l’élaboration des textes.

Les modifications de la Constitution sont généralement taillées sur mesure quand la jeunesse n’est pas partie prenante dans la rédaction des textes. Par conséquent, nous devons envisager deux cas plausibles. Soit nous laissons la jeunesse de 21 à 50 ans, beaucoup imprégnée dans les différents conflits, décider d’elle-même des modifications de la Constitution, soit nous reprenons entièrement la Constitution de 1960 qui n’avait suscité aucun conflit. La modification des Constitutions est fréquemment incitatrice de crise.

Pour éviter que cela arrive, il faut inviter la jeunesse apolitique à s’impliquer entièrement quand il s’agit de son avenir. Les gouvernants doivent lui permettre de rédiger sa propre Constitution et la soumettre au peuple. Dans ce cas de figure, l’on aura alors réconcilié la jeunesse ivoirienne, qui ne pourra pas se révolter contre une Constitution dont elle est l’auteure. Sinon, modifier la Constitution sans tenir compte de certaines réalités pourrait générer un autre conflit comme celui que l’article 35 de la Constitution a suscité.

Nous, les serviteurs de Dieu, avons été sollicités pour participer à ce projet sensible de réforme constitutionnelle. Nous apportons notre contribution. C’est raisonnable que les gouvernants cherchent à associer tout le monde à la conception d’une nouvelle Constitution. Mais ils doivent comprendre que la principale concernée est la jeunesse apolitique. Il est question de son avenir. Alors, c’est à elle seule qu’il revient de rédiger les textes de son futur. Pour finir, je voudrais également signifier que si les gouvernants veulent donner toutes les chances à l’élaboration sans faille de la nouvelle Constitution, il faudrait écarter les politiques, disons les partis politiques, loin du projet de la réforme constitutionnelle.

 Eugène 1er

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment