04232024Headline:

Obsèques de l’archevêque de Bouaké : Mgr Paul Siméon Ahouanan inhumé en présence de 8 000 fidèles

Le rite d’inhumation de Mgr Paul Siméon Ahouanan Djro a commencé le 22 mars 2024, aux environs de 12h 02, à l’intérieur de la cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Bouaké, pour s’achever à 12h12.

Cette Église de 3 000 places avait fait son plein, et il y avait encore 5 000 personnes sous les bâches, dans la cour. 8 000 personnes étaient présentes pour son inhumation. Ce qui a fait dire à un fidèle que vraiment cet archevêque était aimé.

Si la douleur de tous est restée muette, une jeune fille est sortie de l’église précipitamment pour laisser exploser des cris de douleur.

La tombe de l’illustre disparu a été creusée à côté de celle de son prédécesseur, Mgr Vital Komenan Yao décédé en 2006.

Mgr Paul Siméon Ahouanan a été mis en terre après la prière du dernier adieu faite par l’évêque de Bondoukou, Mgr Bruno Yédoh. Bien avant, il a été décoré à titre posthume, Officier dans l’ordre national du mérite, au nom du Chef de l’État par le maire de Bouaké, Amadou Koné. Cette médaille a été remise à un membre de sa famille. Une seconde représentant les valeurs que le prélat a incarnées, a été donnée par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le général Vagondo Diomandé qui a souligné que la Côte d’Ivoire perd un grand homme.

Son éminence Jean Pierre cardinal Kutwa a remercié Mgr Ahouanan pour le testament qu’il laisse à tous : « Aucun ne vit pour soi-même, aucun ne meurt pour soi-même. C’est ce qui t’a amené à être un rassembleur, et à trouver en tous les hommes la dignité, et l’égalité. Toi qui entends et vois ce que nous ne voyons pas, intercède pour nous afin que nous puissions reconnaître en l’autre, un frère à qui nous devons respect. La Côte d’Ivoire en a besoin », a-t-il révélé.

Quant à Mgr Alexis Touably, président de la Conférence épiscopale régionale des évêques de l’Afrique de l’ouest (Cereao), il a, au nom de ses pairs, remercié Dieu d’avoir donné un tel homme, un tel prêtre selon le cœur de Dieu, et selon les canons de la sainte Église catholique, à la Côte d’Ivoire.

Il a aussi manifesté sa reconnaissance au peuple ébrié ainsi qu’à la famille biologique de Mgr Ahouanan, d’avoir donné un tel fils, qui a été très utile à l’église et à la nation ivoirienne, en acceptant de mener le combat de la réconciliation.

Mgr Touably a aussi fait un clin d’œil au peuple de Dieu de Yamoussoukro avec qui le prélat a mené ses premiers pas d’évêque. Sans oublier la population de Bouaké, qui l’a accueilli et marché avec lui sur le chemin de la sainteté, et aussi la famille franciscaine qui l’a si bien formé. « Merci Mgr Ahouanan pour tous les chemins de vie que tu nous a donnés ».

Avant de confier au nom de ses pairs évêques, l’Église d’Afrique, au défunt. Particulièrement, celle de l’Afrique de l’Ouest, souvent sous l’orage. « Pour que nos peuples avancent avec détermination vers le développement. Un développement à visage humain ».

Parlant de l’amour du Christ et de l’amour que Mgr Paul Siméon Ahouanan a semé sur son passage, Mgr Boniface Ziri, évêque d’Abengourou qui a fait l’homélie a indiqué que celui qui n’aime pas son frère, est incapable d’aimer Dieu qu’il ne voit pas. Il a précisé aussi que c’est à partir des personnes humiliées, et des humains défigurés que l’archevêque de Bouaké a semé l’amour.

A la suite du Christ, a estimé Mgr Ziri, le défunt a compris que la transformation du monde passe par l’amour, capable de dépasser la haine. « Il a été un messager de Dieu dans cette région en aidant les autres ».

L’évêque a rappelé que Mgr Ahouanan a créé le Forum national des confessions religieuses qui a contribué à rassembler tous les fils et filles de Bouaké. « Il plaidait pour la justice en faveur des pauvres et des sans voix, et sans grade, dans un monde où les droits des pauvres et des petits sont lésés ».

En ce jour où Mgr Ahouanan a été porté en terre, l’évêque auxiliaire Jean Jacques Ahiwa a manifesté sa gratitude filiale au Pape François qui a envoyé un message de compassion de Rome à l’Église ivoirienne. Particulièrement, celui du dicastère pour l’évangélisation des peuples, par le biais du nonce apostolique Monseigneur Mauricio Rueda Beltz.

L’évêque en a profité pour saluer le représentant du Pape en Côte d’Ivoire qui a été présent à ses côtés au chevet de l’archevêque agonisant. Il a également remercié le Président Alassane Ouattara qui a reconnu l’œuvre accomplie par Mgr Ahouanan pour ses dons et son soutien à l’organisation des obsèques.

What Next?

Recent Articles