01172018Headline:

Quand le vagabondage spirituel freine vraiment le développement spirituel du chrétien

Dans cette méditation dominicale, je vais vous faire partager une réflexion sur le vagabondage spirituel de ces chrétiens qui changent d’église, comme ils changent de chemises. Toute chose qui freine (autant que les critiques, souvent sans fondement, ni preuves, contre les autres obédiences chrétiennes) le développement spirituel du chrétien.

Avant de commencer, je vais raconter cette petite histoire. Un ami était à l’origine, membre d’une communauté du christianisme céleste d’Abidjan. Il y a été baptisé, participait aux cultes et était sous l’influence d’un visionnaire. Au bout de trois ans de présence dans cette communauté, convaincu par une tante particulièrement violente dans ses critiques, il a quitté sa communauté, pour rejoindre une nouvelle église protestante.

Il disait avoir trouvé la meilleure église et s’était inscrit dans un groupe de prières, spécialisé dans de longues séances de délivrance. Il se plaisait dans ce groupe et était impressionné par toutes ces scènes de délivrance menées par un célèbre pasteur qui n’hésitait pas à lui demander son véhicule pour des courses et un peu plus de contribution financière comparé aux autres fidèles.

Vagabondage spirituel

Les choses ont commencé à se détériorer quand le pasteur a entrepris de le convaincre que sa compagne qui lui avait donné un garçon, n’était pas sa vraie moitié, dans le sens chrétien du terme. Le pasteur le poussait vers sa protégée, une fille de la communauté pour qui il n’éprouvait aucun sentiment. Il a fini par partir de là, lorsque les visions négatives concernant sa compagne devenaient de plus en plus insupportables, tandis que les exigences financières du pasteur croissaient.

Au bout d’un an, il a décidé de rejoindre la communauté de sa compagne, une église catholique. Il y a suivi des cours pendant trois ans et y a été baptisé. Il venait de célébrer son mariage, quand il a perdu son emploi, à la faveur de la crise postélectorale. Désormais, il trouvait les messes déprimantes, les prêtres peu accueillants. Financièrement affaibli, il ne pouvait plus se contenter de l’emploi de son épouse, une fonctionnaire moyenne de l’éducation nationale.

C’est ainsi qu’il a commencé à guetter les affiches en ville, qui invitaient les sans-emplois à rejoindre des veillées de prières qui trouveraient des solutions pour les chômeurs. Il a fini par rejoindre une communauté évangélique où le pasteur très médiatique, présentait des recettes pour avoir du travail, un bon mari, une fructification des affaires, etc. Il a effectivement trouvé un emploi plus rémunéré, donnait le dixième de son salaire chaque mois et était assidu aux cultes. Il respectait le pasteur médiatique.

Un jour, au détour d’une discussion avec un ancien membre de la communauté, il a commencé à avoir des doutes sur les pratiques du pasteur. Il a commencé à l’épier et a fini par découvrir que ce dernier se livrait à un rituel peu orthodoxe, avant chaque séance de prières, ce sur quoi l’ancien membre de la communauté avait attiré son attention. Il a commencé à tendre un peu plus l’oreille et a fini par tomber sur des informations relatives à des relations trop poussées du pasteur, un homme marié, avec une très jeune fidèle, qui ne le laissait pas indifférent lui-même.

Nous sommes notre propre frein à notre développement spirituel

Il a fini par quitter cette communauté et à l’heure où j’écris ces lignes, il ne fréquente plus de communauté chrétienne. Il m’a expliqué qu’il avait perdu foi dans les hommes de Dieu et je lui ai répondu qu’il était le responsable de son propre sous-développement spirituel. Pour soutenir ma position, voici ce que je lui ai répondu.

Tu as quitté l’église du christianisme céleste parce que tu as écouté une tante qui n’était pas forcément une sainte. Morale de l’histoire : avant de suivre les conseils d’un autre chrétien, regarde très bien à sa propre vie et poses-toi cette question essentielle : sa vie est-elle un exemple de sainteté ?

Tu es parti à l’église protestante parce que tu recherchais du spectacle, puisque tu admets toi-même que tu étais impressionné par le pasteur. De nombreux chrétiens sont attirés par le spectacle des scènes de délivrance et de guérison. En réalité, les séances de délivrance non accompagnées de suivi spirituel d’une part et d’engagement personnel à renforcer sa foi, d’autre part, ne servent en définitive à rien. Rappelez-vous, certains hommes délivrés par le Christ Jésus Lui-même Fils de Dieu, ont rechuté, parce que ceux-ci ne se sont pas engagés à renforcer leur foi.

« PARMI TOUS CEUX QUI CHANGENT D’ÉGLISE, POUR UN OUI, COMBIEN N’EN CHANGENT PAS ENCORE POUR UN NON ? UNE FOIS PARTIS DANS UN AUTRE MINISTÈRE, COMBIEN SONT DEVENUS AUTOMATIQUEMENT DES SAINTS DANS LEUR NOUVEAU MINISTÈRE ? »

Tu es parti de l’église catholique, à cause de ce manque de spectacle et tu as rejoint l’église évangélique parce tu recherchais un intérêt matériel. Tu es parti de là encore parce que tu étais focalisé sur la vie du pasteur et surtout que tu étais animé par des sentiments de concupiscence.

En définitive, après plus de dix ans de vagabondage spirituel, mon ami est revenu à son point de départ : un homme sans avancée spirituelle. De fait, de nombreux chrétiens passent leur temps à critiquer les différents courants, au lieu de consacrer ce temps au renforcement de leur propre foi.

L’Eglise, qu’elle soit catholique, évangélique, méthodiste, protestante ou « Ministère » ne sauve pas. C’est notre foi qui nous sauve. C’est notre propre volonté de renforcer notre connaissance spirituelle qui peut nous sauver. Parce qu’au 21è siècle, il sera sans doute difficile que vous trouviez un homme ou une femme de Dieu irréprochables, comme les apôtres de l’Eglise primitive ou les saints que nous connaissons.

Combien parmi nous vivons véritablement le culte, comme expérience unique d’intimité avec le Divin ? Parmi tous ceux qui changent d’église, pour un oui, combien n’en changent pas encore pour un non (comme mon ami) ? Une fois partis dans un autre ministère, combien sont devenus automatiquement des saints dans leur nouveau ministère ?

Nous sommes notre propre frein à notre développement spirituel. L’Eglise, qu’elle soit catholique, protestante, évangélique, etc., les hommes et femmes présents dans ces ministères ne sont pas la cause de notre retard spirituel. Le pouvoir de grandir spirituellement ne se trouve dans aucune église, ni dans les mains d’aucun homme de Dieu, ce pouvoir se trouve en nous-même. « Faites tous vos efforts afin d’ajouter à votre foi la qualité morale, à la qualité morale la connaissance » (2 Pierre 1 : 5).

André Silver Konan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment