03262017Headline:

Yopougon: Des hommes en tenue attaquent une église et dépouillent les fidèles

frci affrontement
archive
Yopougon: Des hommes en tenue militaire attaquent une église et dépouillent les fidèles

Les fidèles d’une église des Assemblées de Dieu, située au quartier « Gesco » à Yopougon, l’auront certainement encore en travers de la gorge.

C’est cet assaut lancé contre leur temple, par des hommes sanglés dans dans des treillis. Cet acte criminel a été posé dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 mai 2015. A en croire nos sources, cette nuit-là en effet, des fidèles sont réunis dans l’église, pour une veillée de prière. Les instants suivants, le temple est surchauffé par des prières et autres louanges à la gloire du Seigneur.

Longtemps après, quand se termine la veillée, il se trouve que l’heure est très avancée. Alors, avec l’insécurité, nombreux parmi les fidèles ne se hasardent pas à mettre le nez dehors. Ils décident plutôt de dormir sur place, et ne rentrer que le matin. Ici, dans la paroisse, ils sont beaucoup plus en sécurité, croient-ils. Malheureusement, ce que ces pauvres enfants de Dieu ignorent, c’est que les malfaiteurs n’épargnent aucun endroit. Même pas la maison de Dieu.

Ainsi, aux alentours de 3h du matin, alors que les fidèles, blottis dans les bras de Morphée, font de doux rêves comme des nouveau-nés, ils sont brutalement tirés de sommeil par quatre hommes en tenue militaire, qui viennent de faire leur entrée dans le temple. Tous sont maîtrisés par ces hommes qu’ils croyaient pourtant être de dignes soldats de notre Armée, effectuant des patrouilles de sécurisation. Les malheureux sont aussitôt ligotés et dépouillés de biens de valeur. Ainsi, les « assaillants » font main basse sur plusieurs téléphones-portables et la coquette somme totale de 645 000 F Cfa. Des biens avec lesquels, ils se fondent très rapidement dans la nature.

Tôt le matin, l’une des victimes qui réussit à se défaire de ses liens, alerte K.Y, l’un des responsables de l’église. Ce dernier va à son tour immédiatement saisir la police dont des éléments arrivent sur place, pour le constat. Des investigations sont en cours, pour savoir si l’attaque a été menée par des agents des forces de l’ordre égarés. Ou alors, par de vrais gangsters, plutôt camouflés dans des treillis. On attend de savoir.

Madeleine TANOU

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment