11232017Headline:

4 methodes pour maigrir en dormant!Essayez..

Woman sleeping on white background

4 RÈGLES POUR PERDRE DU POIDS EN DORMANT!

Tous les êtres vivants suivent un rythme biologique naturel ou alternent les phases d’activité et les phases de sommeil qui est une phase de régénération.

Pendant sa phase d’activité, l’homme a besoin, pour son métabolisme, de glucides facilement assimilables. Pendant son sommeil, mais aussi pendant les exercices d’endurance, il utilise en revanche davantage de graisses stockées dans ses tissus graisseux. Ce rythme est déterminé extérieurement par l’alternance des jours et des nuits, mais aussi par les variations de lumière et de température des différentes saisons.

L’organisme humain s’est adapté à ce phénomène grâce à ses horloges biologiques, lesquelles battent d’ailleurs depuis des millions d’années au même rythme pour tous les êtres vivants.

Lorsque la nuit tombe, la lumière du jour qui reste est mesurée dans l’œil. Des cellules oculaires spéciales relient directement le système nerveux à notre horloge interne. Les fonctions organiques s’adaptent ainsi aux conditions du monde extérieur suivant un cycle de 24 heures, que l’on appelle le cycle circadien.

Le rapport avec la perte de poids

La perte de poids pour être efficace doit utiliser la puissance du cycle circadien de l’organisme.

Lorsque l’ours hiberne, durant son long sommeil il brûle ses réserves de graisse pour entretenir son métabolisme énergétique. Il a en effet besoin d’énergie pour continuer à assurer ses fonctions vitales, comme conserver sa chaleur corporelle, respirer ou stimuler sa circulation sanguine.

Le sommeil nocturne de l’homme est tout à fait comparable à l’hibernation de l’ours. Nous brûlons également des graisses en dormant, à condition d’avoir mangé correctement le soir et de nous coucher relativement tôt pour dormir d’un sommeil paisible et suffisant.

Lorsqu’il fait sombre notre corps commence à produire une hormone, la mélatonine. Cette hormone est véhiculée par la circulation sanguine jusqu’aux cellules auxquelles elle signale que la nuit est en train de tomber. Les cellules modifient alors immédiatement leur métabolisme. C’est à dire qu’elles passent du mode « activité » au mode « réparation » et « régénération ».

Lorsque nous sommes endormis, une autre hormone prend le relai, l’hormone de croissance qui enclenche toutes les mesures de réparations nécessaires pendant la nuit. Quel rapport avec la perte de poids? Ces opérations de réparations demandent beaucoup d’énergie et idéalement celle-ci proviendra de vos réserves graisseuses.

L’organisme brûlera les réserves de graisses en dormant mais à quelques conditions !

Une des premières conditions est de ne pas absorber de glucides lors du repas du soir et de ne pas dîner trop tard, soit trop proche du moment de dormir. Un repas riche en glucides provoque une forte sécrétion d’insuline qui bloquera la combustion des graisses nocturnes durant au moins cinq heures d’affilées! Et faut-il le rappeler, l’insuline favorise le stockage des graisses.

L’alliée de votre perte de poids durant le sommeil est l’hormone de croissance. Elle préside aux processus de réparation et régénération des cellules et des tissus comme notamment les os, les cartilages, les muscles et les structures protéiniques de l’organisme. Or l’hormone de croissance est, elle aussi, une hormone à sécrétion essentiellement nocturne. Ce qui signifie qu’elle ne peut être totalement efficace et remplir pleinement ses fonctions que si nous dormons suffisamment longtemps et profondément.

Afin de disposer d’assez d’énergie pour effectuer ses réparations nocturnes, l’hormone de croissance mobilise la graisse stockée dans les tissus adipeux. Elle s’oppose directement à l’insuline qui, elle, commence par entasser les nutriments à l’intérieur des cellules graisseuses avant de les y enfermer.

Les règles à respecter pour favoriser l’hormone de croissance et maigrir la nuit

1- Manger tôt le soir.

Prendre ce repas idéalement entre 17h et 19h, au moins 3 heures avant le coucher. De cette façon le métabolisme digestif aura le temps pour se mettre au repos dès le début du sommeil. Le taux d’insuline, de graisse et de glucides dans le sang diminueront jusqu’à un niveau très bas, ce qui est le facteur optimal pour que le centre de survie sécrète d’avantage d’hormone de croissance.

2- Consommer des protéines et pas de glucides.

En prenant un repas du soir, strictement composé de protéines et légumes à feuilles vertes, des piments de toutes les couleurs, des avocats, tomates, etc. (PAS DE LÉGUMES RACINES, pas d’hydrates de carbone). Un repas riche en protéines apportera des acides aminés, tels l’arginine et la lysine qui sont à la base de la synthèse de l’hormone de croissance. Rappelez-vous, un repas sans glucides ne provoque quasiment pas de sécrétion d’insuline et celle-ci ne pourra donc pas contrarier l’hormone de croissance. Tous les types de viande, mais particulièrement les viandes blanches, les poissons, les œufs, les produits laitiers fermentés tels que yogourt et fromages, seront les meilleures sources de protéines.

3- Se coucher tôt.

L’hormone de croissance se met à l’œuvre en phase de sommeil profond, soit une heure et demie après le coucher. Elle puise l’énergie dont elle a besoin directement dans les dépôts graisseux, à condition que le taux d’insuline dans le sang soit faible. Mais ce travail de l’hormone de croissance ne dure que jusqu’au moment du réveil, car le matin l’hormone du réveil, le cortisol, prépare l’organisme à son activité du jour. Il est donc important de dormir d’un bon sommeil et assez longtemps pour donner l’occasion à l’hormone de croissance de brûler le plus de graisse possible.

4- Un plus pour stimuler d’avantage l’hormone de croissance et obtenir encore plus de résultats est de pratiquer un peu d’exercice avant le coucher.

Idéalement quelques exercices de musculation ou tout au moins qui font appel à un effort musculaire sont les exercices ayant le plus d’effets sur la stimulation de cette hormone et ils abaisseront également le niveau de glucose sanguin et initierons le processus de mobilisation de graisses de réserve comme source d’énergie pour l’organisme. Il n’est pas nécessaire que cela soit d’une longue durée. Court mais intense.

Source: santemagazine.ma

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment