04232018Headline:

Attention -Les médecins demandent aux gens de cesser de prendre l’ibuprofène

Comme la plupart des gens dépendent de plus en plus des médicaments, l’éradication des symptômes a été favorisée plutôt que la lutte contre les maladies. Au lieu de dormir davantage et de se réhydrater pour guérir la cause d’un mal de tête, il est plus facile de prendre une pilule qui soulagera les symptômes. Comme toutes les solutions rapides, la prise d’ibuprofène ne fera que faire revenir le mal de tête dès que la pilule n’aura plus d’effet. L’ibuprofène est largement utilisé aujourd’hui, mais les médecins préviennent que son utilisation régulière a des effets néfastes sur le foie et le cœur.
L’ibuprofène est un médicament de la classe des AINS (Anti-inflammatoire non stéroïdien) qui agit en bloquant la formation de prostaglandine, de prostacycline et de thromboxane, qui sont des médiateurs importants de l’inflammation et de la douleur.

Mieux vaut prévenir que guérir
Comme le médicament est métabolisé par le foie, il affecte plus fortement cet organe, causant des lésions, une insuffisance hépatique ou la jaunisse au fil du temps.

La Food and Drugs Administration (L’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) a également mis en garde contre l’utilisation de ces médicaments depuis 2005, car elle augmente le risque de crise cardiaque.

Les médecins exhortent les personnes de plus de 40 ans à arrêter de prendre l’analgésique ibuprofène parce que les risques pourraient l’emporter sur les avantages. L’ibuprofène pourrait temporairement atténuer la douleur d’un mal de tête, mais vaut-il une maladie cardiaque ? La FDA avait émis un avertissement indiquant que l’ibuprofène peut augmenter considérablement les risques de contracter une maladie cardiaque. Elle dit que même avec une utilisation à court terme, le risque d’attaque cardiaque et d’AVC augmente de manière significative.

La FDA a déclaré : “Ce risque augmente au fur et à mesure que l’utilisation de l’ibuprofène continue. Vous n’avez pas besoin d’avoir une maladie cardiaque existante pour être à risque, bien qu’un tel état augmente les risques. Ceux-ci rendent l’ibuprofène particulièrement dangereux pour les personnes de plus de 40 ans, l’âge auquel le risque de maladie cardiaque commence à monter en flèche.”

L’ibuprofène peut augmenter de près de 20% les risques d’une crise cardiaque. L’avertissement de santé sur l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) vient après l’analyse impliquant près de 10 millions de patients publiée dans le British Medical Journal. Les AINS sont une classe de médicaments regroupant des médicaments qui procurent des effets analgésiques et antipyrétiques. Le risque d’avoir une crise cardiaque est un grand prix à payer pour le soulagement d’un mal de tête.

Parce qu’il faut beaucoup de temps pour ressentir les effets destructeurs des AINS, la plupart des gens ignorent simplement ces avertissements et sous-estiment le danger de ces médicaments. Au lieu de cela, ils continuent à compter sur des pilules pour les maux quotidiens et les douleurs.
Il existe de nombreux ingrédients naturels qui peuvent aider à soulager la douleur tout aussi bien que les principaux AINS. En outre, vous obtenez les avantages tout en évitant les effets secondaires de ces médicaments.

L’alternative naturelle
Le curcuma n’est pas seulement une épice, c’est un médicament. Dans certains cas, il fonctionne mieux que les médicaments dans la lutte contre les problèmes de santé tels que la stéatose hépatique, l’arthrite, la perte de poids, la dépression et même le cancer.

Le composé actif du curcuma, la curcumine, a des propriétés analgésiques comparables à l’ibuprofène. Il atténue la sensation de douleur en déclenchant une réponse dans les récepteurs opioïdes du cerveau. Contrairement aux médicaments, le curcuma ne provoque pas de dépendance.

Dans une étude publiée dans le Journal of Alternative and Complementary Medicine, le curcuma s’est avéré efficace dans le traitement de l’arthrose. Sur une période de six semaines, une partie des participants a reçu 800 mg d’ibuprofène et les autres sujets ont pris 2 000 mg de curcuma.

À la fin de l’étude, ceux qui prenaient du curcuma ont montré de meilleurs résultats montrant que l’épice entièrement naturelle est non seulement plus efficace mais aussi plus sûre que les pilules.

Recette naturelle au curcuma
Ingrédients :
1/3 de tasse de curcuma moulu
Une pincée de poivre noir moulu
3 cuillères à soupe de miel bio
1 cuillère à soupe d’huile de coco fondue
Préparation :
Mélanger tous les ingrédients dans un bol pour faire une pâte.
Prendre un peu de pâte de curcuma et la rouler en petites boules.
Placer au congélateur pendant environ 1 heure et retirer.
Conserver dans un récipient en verre et le garder dans le réfrigérateur.
Prendre 2 à 3 fois par jour.
Mise en garde :

Le curcuma est à éviter pour les personnes qui ont des maladies ou des troubles de la vésicule biliaire. Et en cas de prise d’autres médicaments, il peut influencer leur effet. D’où la nécessité d’en parler à son médecin traitant.

santeplusmag

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment