06302022Headline:

Cancer colorectal chez la femme – 5 symptômes qui doivent alerter

Le cancer colorectal toucherait plus de 43 000 femmes et hommes par an, généralement âgées de plus de 50 ans. Au premier stade de la maladie, les symptômes sont presque invisibles. On les lie avec d’autres affections médicales. Surtout pour les femmes atteintes de cette maladie. Et lorsque les médecins détectent les signes de polypes, ou tumeurs, formées dans le côlon ou le rectum, le cancer est trop souvent à un stade avancé.
Pourtant, avec des dépistages fréquents du cancer colorectal, on peut guérir 9 cas sur 10. Dans une nouvelle campagne d’information, l’Institut national du cancer se mobilise pour prévenir cette maladie. Aujourd’hui plusieurs types de dépistages existent. Ils sont simples à obtenir et à réaliser, depuis chez soi. Le sang dans les selles, des douleurs abdominales, la fatigue inexpliquée… ces signes doivent alarmer lorsqu’ils sont inhabituels et persistants.

1 – La présence de sang dans les selles
La présence de sang dans les selles peut être liée aux hémorroïdes, mais aussi à des polypes – ou tumeurs – formées dans le côlon ou le rectum. Un examen rectal permettra de savoir s’il s’agit d’hémorroïdes. Si ce n’est pas le cas, il faut consulter son médecin afin de réaliser une coloscopie.

Le saignement rectal n’est pas toujours visible à l’œil nu. Il n’est pas forcément rouge vif : il peut être d’un rouge très foncé, brun ou noir. Ces couleurs peuvent facilement se confondre avec les excréments. Alors, dans le doute, mieux vaut faire un test !

L’Institut recommande à toutes les personnes âgées de 50 à 72 ans, même asymptomatiques, de réaliser ce test tous les deux ans. Ces tests peuvent sauver des vies. Il faut seulement que le grand public les connaisse.

2 – Certaines douleurs abdominales
Des douleurs abdominales inhabituelles peuvent être le signe d’une tumeur du côlon. Elles se manifestent sous forme de crampes intestinales, de gaz et de ballonnements dans le bas du ventre. Ces douleurs liées à la contraction de l’intestin ont des intensités variables, selon les personnes qui les subissent. Elles peuvent être localisées, ou au contraire, diffuses.

Lorsque la douleur est toute nouvelle et qu’elle n’est pas liée aux cycles menstruels, les femmes peuvent s’en inquiéter avec raison. Il faut se faire examiner par son ou sa médecin et lui demander une coloscopie au plus tôt.

3 – Des troubles du transit intestinal
Les changements dans le transit intestinal peuvent alerter. Nous devrions avoir le même transit intestinal à nos 20 ans qu’à nos 70 ans, selon le Dr Schlechter pour le Reader’s Digest au Canada.

Notre corps aime ses habitudes de transit, sa routine. Ces troubles digestifs peuvent se traduire par une constipation soudaine et persistante, une diarrhée prolongée ou encore un besoin d’aller à la selle passant d’une fois à quatre fois par jour. Là, il faut consulter son médecin.

4 – L’anémie peut alerter
L’anémie se produit lorsque le nombre de globules rouges sains dans le sang diminue. Lorsque l’on est une femme, c’est encore plus difficile à détecter. En effet, beaucoup de femmes pensent que leur anémie est liée à leurs règles, et ne se posent jamais la question du cancer colorectal. Si vous souffrez d’anémie et que le traitement par suppléments de fer ne fonctionne pas, parlez-en à votre médecin pour réaliser un dépistage.

Si vous n’avez pas reçu de courrier d’invitation à un test de dépistage, vous pouvez également demander à votre médecin d’obtenir un test. Cette vidéo de l’Institut national du cancer montre comment réaliser le test depuis chez soi :

5 – L’amaigrissement et/ou la fatigue inexpliqués
Bien sûr, l’amaigrissement et la fatigue extrême ne sont pas forcément les signes directs d’un cancer colorectal. On associe ces signes à bien d’autres facteurs, comme un nouveau rythme de vie ou des évènements de la vie stressants. Mais il est important de les prendre en considération et d’identifier leur origine, pour se soigner au plus tôt.

Une fois de plus, ces symptômes ne sont pas anodins, notre corps aime la routine. Il faut en parler avec son médecin. Pour rappel, les dépistages fréquents peuvent guérir 9 cas sur 10.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles