10212021Headline:

Côte d’Ivoire: la guinée a émis des doutes sur l’existence du “virus Ebola” sur le territoire

La semaine dernière, la Guinée a émis de sérieux doutes sur l’existence du virus d’Ebola sur le territoire ivoirien. Un second test réalisé par les autorités de la Côte d’Ivoire confirme les doutes de leurs homologues guinéennes.

Dans un communiqué publié le mardi 31 aout, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’un ‘’second laboratoire a analysé les échantillons prélevés sur une patiente suspectée d’avoir Ebola et n’a trouvé aucune preuve de la présence du virus’’.

Selon l’OMS, ‘’les analyses effectuées par l’Institut Pasteur de Lyon, en France, interviennent après de précédentes analyses conduites par l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire, qui ont amené les autorités du pays à déclarer le premier cas d’Ebola depuis 1994’’.

Avec les nouveaux résultats obtenus par le laboratoire à Lyon, indique le communiqué, l’OMS estime que la patiente guinéenne ‘’n’a pas eu la maladie à virus Ebola et de plus amples analyses sur la cause de sa maladie sont en cours’’.

L’agence onusienne en charge de la santé rappelle que le cas suspect est une jeune femme qui a voyagé depuis la Guinée jusqu’en Côte d’ivoire, tout en précisant que depuis que la Côte d’Ivoire a annoncé la détection du cas, plus de 140 contacts ont été listés dans les deux pays.

‘’Aucune autre personne n’a présenté des symptômes de la maladie, ni n’a été testée positive à Ebola’’, rassure l’OMS dans son communiqué.

Selon l’organisation, après que la Côte d’Ivoire a annoncé le cas d’Ebola, en ligne avec la politique de non regret suivie par l’OMS, des actions immédiates ont été mises en œuvre en Côte d’ivoire et en Guinée.

Une douzaine d’experts de l’OMS avait été mobilisée pour soutenir les efforts des pays et 5000 doses de vaccins contre Ebola, que l’OMS a aidé la Guinée à obtenir, ont été envoyés de la Guinée à la Côte d’ivoire. De plus, mentionne la même source, l’OMS a débloqué 500 000 dollars US de son Fonds de réserve pour les situations d’urgence afin de soutenir le pays à initier une riposte rapide.

Salimatou BALDE

Comments

comments

What Next?

Related Articles