08202018Headline:

Faire du sport s’oppose au destin génétique

La pratique d’une activité physique régulière réduit les risques d’infarctus chez les personnes prédisposées aux maladies cardiovasculaires
Les personnes génétiquement prédisposées aux maladies cardiovasculaires peuvent réduire leurs risques d’infarctus en pratiquant une activité physique régulière.

On ne naît pas tous égaux face aux maladies. Des personnes présentent des gènes prédisposés à certaines pathologies. Par exemple, les individus génétiquement prédisposés aux maladies cardio-vasculaires peuvent réduire leurs risques d’infarctus grâce à l’arrêt du tabac, une alimentation saine et… une activité physique régulière.

Selon Le Monde, une étude parue le 9 avril dans la revue Circulation de l’American Heart Association vient de le montrer. Des chercheurs de la Stanford University School of Medicine (Etats-Unis) et de l’Uppsala University (Suède) ont examiné les données de 482 702 Britanniques, âgés de 40 à 69 ans, dont 19 311 avaient un risque génétique de maladies cardio-vasculaires.

D’un côté, ils ont évalué leurs niveaux de forme physique et d’activité, en mesurant leur force de préhension, leur condition physique cardio-respiratoire, leur performance sur un vélo en salle, et les sujets ont aussi répondu à des questionnaires sur leurs niveaux d’activité et ont porté des accéléromètres au poignet sur une période de sept jours. De l’autre, les chercheurs ont analysé les données génétiques de cette même cohorte, notamment ceux présentant un risque génétique plus important de maladie coronarienne et de fibrillation auriculaire (troubles du rythme cardiaque pouvant entraîner des caillots sanguins, des attaques cérébrales ou cardiaques).

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment