09222020Headline:

La cause du cancer du sein dont beaucoup ignorent, et ne dévoilent pas…

La dent est un organe à part entière qui, malgré le fait qu’il soit isolé, est en interaction avec les autres organes du corps. De nombreuses études et recherches ont été menées pour démontrer le lien qui existe entre l’état des dents et l’apparition de maladies, notamment le cancer du sein.

De nombreux spécialistes ont mis la lumière sur le lien qui existe entre dents et maladies assez graves, et plus précisément entre pratiques dentaires risquées et cancer du sein. Nous allons nous intéresser ici à la dévitalisation, qui est pratiquée régulièrement par la majeure partie des dentistes, mais qui n’est pas si inoffensive.

Qu’est-ce que la dévitalisation ?

Les dents sont les éléments les plus solides de tout le corps, dont les racines pénètrent dans la mâchoire et sont maintenues grâce au ligament parodontal. A l’intérieur de chaque dent se trouve la chambre pulpaire qui contient les nerfs et les vaisseaux sanguins. La couche extérieure, qui est aussi la plus dure, est l’émail.

Durant le traitement du canal, la dent est dévitalisée, c’est-à-dire que la racine dentaire n’est plus approvisionnée en sang et les bactéries ne peuvent plus s’alimenter. Elles se cachent alors dans la chambre pulpaire loin du pouvoir antibactérien des antibiotiques et du système de défense. Elles vont ensuite se déplacer dans les vaisseaux sanguins et produire des toxines et des substances pathogènes susceptibles de circuler dans l’organisme.

Les minuscules capillaires sanguins qui composent la dent se retrouvent envahis par ces bactéries et ce, malgré la stérilisation du matériel utilisé durant la procédure. La seule manière de neutraliser l’infection est d’extraire la dent.

En Mai 2006, une étude a démontré que le traitement de l’infection du canal radiculaire était inadéquat et que sur 5000 nettoyages de canaux, seulement deux zones sont guéries après le traitement.

Ces bactéries ne représentent aucun risque lorsque le système immunitaire fonctionne normalement, car il assure son rôle de bouclier face aux agressions externes et internes et détruit les bactéries sans problème. En revanche, à partir du moment où le système de défense est affaibli par une infection, une maladie, un accident ou même de l’anxiété, les bactéries arrivent alors à se frayer un chemin vers un tissu, une glande ou un organe tel que le sein.

Grâce à toutes les recherches menées par des spécialistes sur le langage dentaire, de plus en plus de services hospitaliers à haut risque, notamment l’oncologie, demandent automatiquement aux patients s’ils ont déjà subi une extraction ou une dévitalisation des dents. Cette information peut éviter les complications et même diminuer le risque d’échec thérapeutique.

William Krasowsky

Comments

comments

What Next?

Recent Articles