12062016Headline:

Le cerveau sait combien d’eau il faut boire

l-eau-glacée

Pour éviter une surconsommation d’eau (qui peut être dangereuse), le cerveau nous indique quand il rejette son absorption pour éviter l’intoxication par l’eau (ou hyponatrémie).

Boire 1, 5 litre d’eau par jour ne serait pas forcément une bonne recommandation médicale, selon les c onclusions d’une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) . En effet, les chercheurs préconisent plutôt d’écouter sa soif et de répondre à un vrai besoin corporel, plutôt qu’à des injonctions.

Le cerveau nous indique la bonne quantité d’eau à boire

Les chercheurs de la Monash University en Australie ont étudié le mécanisme cérébral par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) mis en place avant et pendant l’hydratation.

Ils ont observé que l’eau potable en réponse à la soif est une expérience agréable, alors qu’une fois que la soif a été étanchée, elle devient désagréable. La douceur de boire quand on a soif est associée à l’activation dans le cortex du cerveau de la zone associée au plaisir.

Mais, quand les personnes sont suffisamment hydratées, ce sont les zones préfrontales de l’hémisphère droit du cerveau qui s’activent pour indiquer que la bonne quantité d’eau a été atteinte. A ce stade, les individus doivent faire plus d’effort pour boire de l’eau.

«Si nous écoutons juste ce que notre corps nous réclame, nous allons tout simplement boire à notre soif », explique le Pr Michael J. Farrell, de l’Université de Melbourne, co-auteur de l’étude. Et c’est finalement un meilleur principe qu’un volume imposé pour la journée. « En cas de consommation excessive d’eau, au-delà de la soif, des participants vont devoir déployer 3 fois plus d’efforts pour un même exercice. Les participants devaient surmonter une sorte de résistance », commentent les chercheurs.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment