07202017Headline:

Panique-Sierra Leone- Ebola: 50 personnes en quarantaine dans le nord

ebola

Cinquante personnes ont été placées en quarantaine dans le nord de la Sierra Leone, dans une zone où une femme décédée a été testée positive au virus Ebola, ont annoncé mardi les autorités, qui cherchaient à déterminer l’origine de la contamination.

Ces personnes ont été isolées à Sella Kafta, dans la région de Kambia, parce qu’elles sont considérées comme «à haut risque», ayant eu des contacts avec le nouveau cas d’Ebola, une vendeuse décédée le 28 août dans ce village, a expliqué Ibrahim Sesay, chef de la cellule de crise du Centre national de contrôle d’Ebola (NERC).

«Nous menons une enquête épidémiologique pour déterminer l’origine de la contamination. Ce que nous savons jusqu’à présent, c’est que la femme décédée a été malade entre cinq et dix jours sans que personne ne le signale» au service d’alerte anti-Ebola, a précisé M. Sesay à la radio privée locale Air.

«Le virus Ebola se comporte comme l’acteur principal d’un film d’horreur: on le croit vaincu et il se relève à nouveau», a-t-il regretté.

Selon des habitants joints par l’AFP depuis la capitale Freetown, la réapparition d’Ebola a plongé le village et ses localités riveraines dans la consternation.

«Nous avons respecté toutes les restrictions imposées pour débarrasser notre communauté d’Ebola, mais nous avons échoué et sommes maintenant le lieu qui a arrêté le compte à rebours» pour la fin de l’épidémie, a déploré Sampha Mansaray, un agriculteur sexagénaire.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un pays est déclaré exempt d’Ebola 42 jours – deux fois la durée maximale d’incubation – après le dernier cas connu.

La Sierra Leone espérait être sur la bonne voie après la sortie d’hôpital, le 24 août à Makeni, de la dernière malade d’Ebola traitée avec succès dans le pays, qui était alors demeuré plus de deux semaines sans nouvelle contamination signalée.

Selon des habitants et des sources indépendantes, la vendeuse décédée ne s’était pas rendue récemment en Guinée ou au Liberia, pays voisins également affectés par l’épidémie.

Cette épidémie qui a touché l’Afrique de l’Ouest est la plus grave depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976. Depuis fin 2013, elle a fait environ 11 300 morts sur un peu plus de 28 000 cas – pour l’essentiel en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, d’après l’OMS.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment