03262017Headline:

Si vous êtes une personne qui boit de l’alcool régulièrement, vous devez absolument lire ceci

SOULARD biere

Je regrette de n’avoir pas lu les informations qui suivent il y a plusieurs années ou au moins, d’en avoir été plus conscient. Même si je sais bien que l’alcool est notoirement connu pour n’être pas particulièrement sain, je ne crois pas que beaucoup d’entre nous sachent à quel point c’est mauvais. J’ai moi-même été choqué d’apprendre que c’est un cancérigène connu et encore plus surpris de découvrir qu’une consommation régulière d’alcool inhibe en fait les capacités naturelles du corps à produire des vitamines essentielles.
Du fait que l’alcool est un dépresseur, l’importance de son impact négatif sur la santé mentale aussi bien que physique est évidente, et conduit souvent à un cercle vicieux d’automédication. Examinons certains des effets à long terme de l’alcool sur le corps.

Cancérigène connu

De nombreuses études établissent une corrélation étroite entre la consommation d’alcool et le développement du cancer, associant une consommation modérée à régulière d’alcool aux types de cancer suivants : cancer du cerveau et du cou, de l’œsophage, du foie, du sein, colorectal et bien d’autres.

« Sur la base de revues d’études approfondies, il existe un solide consensus scientifique concernant le lien entre la consommation d’alcool et plusieurs types de cancer. » National Cancer Institute

Diminution de production de la vitamine B12

Des études ont montré que la consommation d’alcool compromet vos niveaux de vitamine B12 ; si vous avez déjà une carence en vitamine B12 ou si vous devenez carencé en cette vitamine essentielle, votre santé peut gravement en souffrir. De récentes études ont également conclu que même une consommation d’alcool modérée et régulière peut avoir un impact sur vos niveaux de B12.

Diminution de l’absorption de la vitamine D et du calcium

L’alcool interfère avec le pancréas et sa capacité à absorber le calcium et la vitamine D. L’alcool affecte également le foie qui est important pour l’activation de la vitamine D, elle-même nécessaire pour l’absorption efficace du calcium. Ces effets en cascade peuvent conduire à des difficultés de régéneration osseuse.

Lésions du foie (cirrhose)

La cirrhose du foie se produit lorsque le foie présente des cicatrices et si un certain nombre de facteurs peuvent en être responsables, l’abus d’alcool en est la cause la plus répandue. La cirrhose du foie peut être très grave, voire mortelle et souvent, le seul moyen d’y remédier est d’avoir recours à la chirurgie.

Dépression

Son attrait a beau être fascinant car il procure une impression de pouvoir et réduit les inhibitions en renforçant la confiance en soi, l’alcool conduit à la dépression en abaissant les niveaux de sérotonine dans le cerveau. Beaucoup de personnes se tournent vers l’alcool pour soulager la dépression, mais la plupart en fait sont conduits à la dépression du fait de l’alcool, c’est pourquoi cela peut vraiment devenir un cercle vicieux pour un certain nombre.

Perte de mémoire

La consommation d’alcool ralentit les fonctions du cerveau ce qui entraîne souvent une perte de mémoire. Une consommation excessive d’alcool, de plus, peut entraîner de complets « black out », vous amenant à oublier où vous étiez, ce que vous avez fait et même avec qui vous l’avez fait. Avec le temps, cela peut rendre difficile de se remémorer des événements même lorsque vous êtes sobre.

Qu’arrive-t-il au corps immédiatement et plus particulièrement le jour suivant ?

L’alcool irrite l’estomac et les intestins, ce qui provoque une inflammation de la muqueuse de l’estomac et retarde l’élimination des aliments.

Vous devenez déshydraté, car la consommation de 50 g d’alcool dans 250 ml d’eau (c’est-à-dire environ 4 verres) provoque l’élimination de 600 à 1000 ml d’eau pendant plusieurs heures.

L’alcool inhibe la production de glutamate. Le glutamate est un stimulant dont l’action consiste à nous tenir éveillé. Cependant, lorsque les taux sanguins d’alcool arrivent à zéro (c’est-à-dire le moment où l’on ressent la « gueule-de-bois »), notre corps réagit en produisant trop de ce stimulant, ce qui entraîne des perturbations du sommeil.

Selon cette recherche, la « gueule de bois » qui suit la prise d’alcool peut s’expliquer du fait que l’alcool agit sur les neurotransmetteurs, l’histamine, la sérotonine et les prostaglandines.

Quand est-ce trop ?

Selon le Centre Canadien de Toxicomanie et de Santé Mentale, les femmes ne devraient pas boire plus de 10 verres d’alcool par semaine et pas plus de 2 verres par jour. Les hommes ne devraient pas boire plus de 15 verres par semaine et pas plus de 3 verres en un jour. Et vous n’êtes pas censé boire tous les jours. Je ne sais pas pour vous, mais si je sors et que je pense boire, il est très rare que je ne boive que 2 verres. Par exemple, aux Etats-Unis, un adulte sur six boit excessivement de l’alcool 4 fois par mois, avec une moyenne de 8 verres par sortie.
Quelques réflexions personnelles sur le sujet

Lorsque j’ai appris à quel point l’alcool était destructeur pour notre santé, cela a vraiment permis au « chercheur de vérité » en moi de me demander pourquoi l’alcool est si lourdement vanté dans les médias conventionnels. Il est rare que vous voyiez une émission à la télé ou un film dans lequel les personnages ne consomment pas de grandes quantités d’alcool et ces personnages ou ceux des publicités sur l’alcool sont présentés à des degrés divers comme sexy, cool, spontanés et drôles. En fait, la promotion de l’alcool dans le commerce grand public a coûté 8 milliards de dollars de publicité entre 2002 et 2009. Alors que la connaissance des dangers de l’alcool est loin d’être aussi répandue que celle, disons, du tabagisme, cela pose encore la question, pourquoi est-elle si occultée ? Beaucoup d’informations apparaissent à l’heure actuelle au sujet du sucre qui est devenu le tabac du 21e siècle, mais il semble que la vérité sur les dangers de l’alcool reste largement ignorée.

Même de nombreux sites populaires de santé alternative ne semblent pas accorder tellement d’attention à ce problème. Est-ce que cela est dû au fait que tant de personnes aiment l’alcool et les sensations qu’il leur procure et elles préfèrent donc détourner le regard ? Ou bien y a-t-il un intérêt économique à maintenir ces informations discrètes ? Sans avoir un esprit totalement négatif, tout cela me rappelle le roman 1984 de George Orwell dans lequel les personnages de l’histoire étaient si frustrés qu’on leur donnait de l’alcool pour leur permettre de rester heureux et les aider à échapper à leur existence misérable.

S’il-vous-plaît, ne vous méprenez pas ! J’apprécie l’alcool autant que n’importe qui, et même peut-être davantage, car cela peut être un excellent moyen de se relâcher, d’avoir du plaisir ou même tout simplement de se détendre, mais cette information m’a vraiment fait réfléchir depuis peu. En particulier après m’être abstenu de boire de l’alcool pendant le mois de février, j’ai réalisé à quel point je me sentais mieux chaque jour et j’ai constaté tout ce que je pouvais faire en plus, et je pense que nous pourrions tous tirer de grands avantages en considérant ce problème plus attentivement.

Qu’en pensez-vous ?

Si vous aimez boire un verre de vin occasionnellement ou deux verres de bière de temps à autre, vous pouvez très bien oublier cet article. Il est probable que si vous menez une vie saine par ailleurs, ces effets négatifs n’auront pas un grand impact sur vous. Mais si vous buvez régulièrement ou utilisez l’alcool comme un moyen d’évasion, ces informations sont vraiment utiles à prendre en considération. Pourquoi ne pas faire une pause et observer si votre humeur s’améliore ? Si vous constatez que vous utilisez l’alcool comme moyen de faire face au stress, envisagez une alternative, comme aller courir ou faire une marche, passer quelques minutes au sauna, ou même méditer. Essayez de faire quelque chose de positif pour faire face au stress plutôt que de chercher à le fuir à l’aide de l’alcool.

Quelques avantages de réduire sa consommation d’alcool ou de s’abstenir

Meilleure humeur
Economies
Moins de gueules de bois ou aucune
Davantage de temps disponible pour que les choses soient faites
Pas de regrets de choses stupides que vous auriez peut-être faites
Meilleure mémoire
Mode de vie sain
Si vous recherchez des ressources pour vous aider à réduire, contrôler ou même arrêter votre consommation d’alcool, il y en a un certain nombre à votre disposition. Veuillez consulter les liens ci-dessous :

http://www.alcool-info-service.fr/

http://www.aide-alcool.be/effets-psychiques-de-l-alcool

Avez-vous abandonné l’alcool ou fait un effort conscient pour réduire votre consommation ? Quelle a été votre expérience ? Partagez dans la section des commentaires ci-dessous !

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment