10232018Headline:

Une mère cache sa séropositivité et infecte toute sa famille

En 2013, toute la vie de Jenipher Mukite a basculé en un temps record. C’était la réponse de sa mère à une question  qu’elle et ses frères et sœurs avaient peur de poser. Une réponse qui a changé le cours de leur vie.

Alors que leur mère était alitée, incapable de bouger ou de manger, et refusant d’aller à l’hôpital pour se faire soigner, ils ont finalement trouvé le courage de demander.
« As-tu le VIH? »
« Oui. »
Pire encore pour eux, elle vivait avec le virus avant la naissance de Jenipher qui est âgée aujourd’hui de 18 ans, son frère et sa sœur, âgés eux de 14 et 10 ans. Et de surcroit, elle n’a jamais été sous traitement pendant ces différentes grossesses.

 

Sa mère a avoué que les médicaments étaient trop volumineux et difficiles à avaler.
»Ma mère avait gardé le secret », affirme Mukite. Quelques moments après tout le village dans le district de Bugiri, dans l’Est de l’Ouganda, a commencé à parler de sa mère et du fait que toute sa famille pourrait également être infectée. Elle explique que c’était une période difficile.

Lorsqu’une femme enceinte est séropositive et ne prend pas de médicaments antirétroviraux, elle a entre 15 et 45% de chance de transmettre le virus à son bébé, selon l’Organisation mondiale de la santé. Avec un traitement pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement, ce risque tombe en dessous de 5%.

La plupart des pays, y compris l’Ouganda, proposent volontiers des tests de dépistage du VIH lorsque les femmes se présentent pour un examen de grossesse et offrent un traitement sur place pour les personnes infectées. Mais ce n’était pas le cas quand Mukite est née.
Après avoir révélé son statut sérologique, la mère de Mukite a été expulsée de leur maison par leur père, mais n’ayant nulle part où aller et personne pour s’occuper d’elle, elle est retournée chez elle et est morte quelques semaines plus tard.
Les trois enfants et leur père ont rapidement découvert qu’ils étaient eux aussi séropositifs.

 

En Afrique subsaharienne, les jeunes femmes âgées entre 15 et 24 ans courent plus de deux fois le risque de contracter le VIH que les hommes du même âge, selon une étude récente.
À l’échelle mondiale, 65% des infections au VIH chez les 10 à 24 ans touchent des femmes; en Afrique subsaharienne, ce chiffre atteint 75%. Chaque jour, 1 000 adolescentes et jeunes femmes sont infectées dans cette région.

autre presse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment