06122021Headline:

Sciences: les débris d’une fusée chinoise s’apprête à retomber sur terre

Les experts ne peuvent pas encore dire où ils tomberont ni à quel moment précis, mais l’impact est attendu aux alentours du 10 mai.
Il pourrait s’agir de la scène d’ouverture d’un film hollywoodien. Et pourtant, l’histoire est bien réelle. L’étage principal de la fusée chinoise Longue Marche 5B est actuellement en orbite autour de la Terre et il s’apprête à y chuter. Le hic, c’est que personne ne sait, pour l’heure, où il va atterrir. Ni même quand aura lieu précisément l’impact.
Seule certitude, selon les experts, l’objet qui mesure 30 mètres de long, cinq de diamètre et pèse près de 21 tonnes – se trouve actuellement en orbite à 270 kilomètres au-dessus de la Terre et se déplace à une vitesse de 27 790 km/h. Mais il est impossible de savoir quelle trajectoire il prendra une fois qu’il sera entré dans l’atmosphère.

L’engin avait été lancé le 29 avril dernier, afin de propulser le module Tianhe, l’un des tout premiers éléments de la future station spatiale chinoise, qui devrait être opérationnelle fin 2022. Dès le lendemain du décollage, le site Space News prévenait que les débris risquaient de poser problème. « Ce sera l’un des plus gros atterrissages de débris non contrôlé et ils pourraient potentiellement tomber dans une zone habitée », alertait le site.
Si, dans la fiction, cette information donnerait probablement lieu à la révélation d’un héros prêt à se sacrifier pour sauver le monde, la réalité est en fait bien différente. Car les débris ont de fortes chances de tomber dans une zone inhabitée, comme les océans, qui représentent tout de même plus de 70 % de la surface de la Terre, précise le site Space.com. Le risque que ce reste de fusée finisse sur un humain est même d’un sur plusieurs milliers de milliards. De quoi faire dire à Jonathan McDowell, astrophysicien anglais à l’Université de Harvard, qu’il ne perdra pas « une seule seconde de sommeil en s’inquiétant de ce risque », même s’il a souligné sur CNN qu’il était « non négligeable, puisque ça pourrait arriver ».
Même si les risques de voir les restes de fusée tomber sur un humain sont très faibles, il estime que des morceaux de débris devraient résister à l’entrée dans l’atmosphère. Ce qui pourrait équivaloir au « crash d’un petit avion éparpillé sur 100 miles », soit environ 160 kilomètres. D’ailleurs, l’astrophysicien a rappelé auprès du Guardian que la dernière fois que les Chinois « ont lancé un Longue Marche 5B, de longues tiges de métal sont retombées et ont abîmé plusieurs bâtiments en Côte d’Ivoire ». La majorité des débris s’était désintégrée, « mais il restait ces énormes morceaux de métal qui ont fini par terre. Nous sommes très chanceux que personne n’ait été blessé », a-t-il ajouté.
La chute est prévue entre le 8 et le 10 mai. Il reste encore quelques jours aux moins chanceux pour trouver un abri. Et pour les plus téméraires, il est possible de suivre la trajectoire du débris sur le site « orbiting now ».

Pdci24

Comments

comments

What Next?

Related Articles