12012022Headline:

Kazakhstan : sept personnes arrêtées, accusées de préparer un «coup d’État»

 

Les services de sécurité du Kazakhstan ont annoncé ce jeudi 17 novembre l’arrestation de sept personnes accusées de «préparer des émeutes pour le 20 novembre», le jour de l’élection présidentielle dans ce pays autoritaire d’Asie centrale.Le «groupe criminel arrêté» prévoyait notamment de «préparer des émeutes, d’attaquer les bâtiments des forces de l’ordre» en utilisant des «armes et des mélanges incendiaires», selon un communiqué du Comité de sécurité national (KNB), moins d’un an après la répression d’émeutes sans précédent ayant coûté la vie à 238 personnes.Accusées de préparer un «coup d’Etat»

Les sept suspects arrêtés préparaient un «coup d’État» le jour de l’élection présidentielle, dimanche, et sont des partisans de l’opposant en exil Moukhtar Abliazov, ont affirmé les services de sécurité de ce pays autoritaire d’Asie centrale.Les suspects «partagent les vues de l’opposant en exil Moukhtar Abliazov» et «discutaient de plans pour organiser des émeutes, un coup d’État et proclamer un gouvernement provisoire»”, selon cette source. Ces arrestations arrivent moins d’un an après la répression d’émeutes sans précédent ayant coûté la vie à 238 personnes.

Des manifestations depuis janvier
Dans une vidéo, le KNB ajoute que «depuis les événements de janvier, des éléments radicaux ont continué à élaborer des plans pour déstabiliser le pays et s’emparer des villes du Kazakhstan, dont Almaty et Astana», respectivement plus grande ville du pays et capitale.Début janvier, le Kazakhstan a été secoué par des protestations contre la hausse des prix du carburant qui ont dégénéré en affrontements entre la police et des manifestants à Almaty, dévastant le centre de cette ville de près de deux millions d’habitants. Le président Kassym-Jomart Tokaïev, candidat à sa réélection dimanche, avait ordonné alors de «tirer pour tuer».

Officiellement, 238 personnes avaient été tuées et au moins 12.000 personnes avaient été arrêtées lors de ces troubles d’une ampleur inédite depuis l’indépendance en 1991 de cette ex-république soviétique.

Le gouvernement a été accusé par des défenseurs des droits humains d’avoir tiré sur la foule et d’avoir torturé de nombreuses personnes interpellées.

Avec AFP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles