07162020Headline:

Youl Sayal le manager d’Ericskon le Zulu fait des révélations…

Suite au décès d’Erickson le Zulu, nous nous sommes rendus chez son manager Youl Sayal qui a partagé plus 15ans d’amitié et de collaboration avec lui. Dans une interview qu’il nous a accordée devant le domicile de Amoin Yolande, sa campagne restée à Abidjan, il nous plonge dans l’histoire de la vie du Zulu du Coupé-décalé. Son parcours depuis le Congo, ses difficultés, ses peines, son mariage avec Amoin Yolande, ses projets, sa vie… Il voulait connaître Treichville… Pourquoi ? A lire dans cette interview.

Comment démarre ton aventure avec Erickson ?

Tout a commencé à travers la structure une structure dirigée par Jaguen Abouet et Charly Parker où nous managions des artistes. Et c’est ainsi qu’un manager était affecté à chaque artiste. Erickson Le Zulu avait démarré sa carrière avec Charly Parker. Et vu mes affinités avec Erickson, l’on me l’a confié il y a 15ans, alors qu’il avait déjà sorti Suzana.

« Il voulait connaître Treichville »

Comment a démarré son aventure en Côte d’Ivoire, pour toi qui es resté tout le temps avec lui?

Nos histoires sont similaires car nous venons de familles modestes. Voici son histoire : du Congo, fuyant la guerre, il s’est retrouvé au Mali.

Là-bas, il a fait l’école coranique à fond. Étant donc à Bamako, il entendait beaucoup parler d’Abidjan, surtout de Treichville. Comme tout bon Congolais, il est venu à l’aventure à Abidjan. De Bamako, il descend à Adjamé et son premier réflexe, c’est de dire : « Je veux voir Treichville ».

Par des moyens de transport en commun, il arrive à Treichville. Étant musulman, il se retrouve dans une mosquée. Dans une balade dans la commune du Plateau, il rencontre des compatriotes congolais en train de parler le Lingala. Il se rapproche de ces derniers qui partagent la même passion que lui, et nait aussi le groupe « Nouvelle Génération ».

C’est ainsi que démarre son aventure avec groupe qui était basé à Attécoubé, composé des TV5, Champing Kouassi, Landry Guitare et autres. De là, suite à l’avènement des ‘’Atalaku’’ en Côte d’Ivoire, Erickson qui est Congolais, s’y lance et séduit. Il défile dans divers maquis avant d’entamer des featuring avec divers artistes, jusqu’il devienne Erickson Le Zulu.

Comment se passe votre première rencontre ?

Amoin Yolande est comme ma petite sœur car nous habitions côte à côte ; du moins ses parents et les miens. Il venait la voir. En plus de cela, j’animais aussi dans les maquis.

Et donc après la séquence des Attalaku, moi je faisais des interviews pour présenter les artistes. Et nous avons ensemble travaillé dans différents endroits tels que « Le Visa », «Stade de France » et autres. Nous sommes devenus des binômes lors de ces soirées.

Quels sont les différents endroits où il a officié en tant que ‘’DJ Attalaku’’ ?

Il démarre au « Stephile » à Niangon Lubafrique, poursuit au « Visa » dans le même secteur, au « Stade de France », au « NPA » et l’explosion est venue du « Roland Garros » en 2002.

C’est de là-bas qu’il fait le featuring avec DJ jacob et ensuite NCM. Suite à ses brouilles avec NCM, il s’est décidé à se lancer dans une carrière musicale proprement dite.

Néanmoins, il jouait toujours avec l’orchestre « Nouvelle Génération ». Se lançant dans une carrière solo, il sort « Suzana ». C’est cette période-là après sa brouille avec Parker que je le récupère avec feu Rodrigue 42 comme manager au sein de la structure ‘’Plus Prod » pilotée par Jaguen Abouet. Et pendant 15ans, nous avons été ensemble.

Il est allé s’installer en France et dès qu’il revient, vous relancez votre collaboration. Qu’est-ce qui est l’origine de ce lien fort entre vous?

Il est allé s’installer en France et a mis 5ans avant de revenir. Mais ce que les gens ne savent pas, c’est que nous sommes allés plusieurs fois ensemble en Europe en 2006, 2008. Et en 2010, nous avons ensemble fait la demande du visa. Nous devions allés ensemble. Mais pour des raisons personnelles, je suis resté et lui est parti et il y est resté. Il essaie d’obtenir les documents afin de pouvoir circuler librement entre la Côte d’Ivoire et l’Europe. C’est ainsi qu’il y passe 5ans et revient au pays. Mais on se parlait tout le temps et travaillait sur des projets.

Son décès surprend un peu tout le monde. Alors étais-tu informé qu’il trainait une telle maladie et à quel moment?

J’avais su qu’il était souffrant, mais pas de ce mal-là qui pouvait l’emporter. Erickson était quelqu’un qui n’aimait pas déranger et inquiéter ses proches. Et je crois que c’est ainsi qu’il a géré cela jusqu’à ce qu’il soit dans l’ultime situation. Donc il y a environ une semaine avant sa mort que j’ai été informé. Et les deux dernières semaines, je ne l’ai pas eu au téléphone. Ce sont Augy, Abass, Ben Hamed, et autres qui étaient au quotidien avec lui dans ces moments difficiles.

Qu’en est-il exactement de son mariage avec ta petite sœur Amoin Yolande puisqu’il a une nouvelle femme en Europe ?

Je vois ce débat sur les réseaux sociaux, mais je ne veux pas m’en mêler. Je suis en ce moment avec les enfants et Amoin Yolande et je ne veux donc pas rentrer dans cette polémique car je ne sais pas trop ce qui se passe véritablement. Mais sachez une chose :

c’est qu’il y a certaines réalités auxquelles l’on fait face dans la vie et pour lesquelles nous prenons souvent des décisions.

Et Erickson a su gérer cela. Que chacun mette un peu d’eau dans son vin pour gérer cette situation. Aujourd’hui, nous avons tous mal car il est parti et il y a les enfants à gérer. C’est le plus important.

Il est donc parti en étant toujours marié avec Amoin Yolande ?

Je le confirme que ‘’Oui ‘’… Elle est jeune et elle a vraiment pris un coup car elle ne s’y attendait pas. Raison pour laquelle nous sommes là pour la soutenir. Et c’est donc important de laisser ces polémiques qui pourraient davantage la blesser en plus de la perte se son homme. L’important actuellement, c’est comment enterrer Erickson au lieu de ces polémiques, et assurer l’avenir des enfants.

Les qualités que tu retiens de lui ?

Erickson aimait son travail et avait du talent, la détermination d’aller de l’avant, l’amour du prochain. Et je lui ai toujours dit qu’un talent, ça se travaille. Il était courageux car il le fallait pour quitter le Congo jusqu’à Abidjan tout seul pendant des années et se retrouver en France pour y vivre.

Qu’en est-il de son vœu qui serait d’être inhumé à Abidjan ?

Sur cela, je pense que sa famille biologique est mieux placée pour se prononcer car c’est elle qui décide. Les familles sont actuellement en réunion et on suivra ce qu’elles auront décidé. Et on jouera notre partition. Mais l’idéal serait qu’il soit ici parmi nous, ses fans, ses enfants et autres.

La plus grande joie partagée ensemble dans cette carrière ?

C’était les Awards organisés par RTI Music « RTI Music Awards » avec Barthélémy Inabo en avril 2006 où Erickson a remporté le trophée du meilleur artiste.

Le plus grand regret ?

Qu’il soit ainsi parti car il a été un innovateur dans son domaine. Il a révolutionné d’abord les ‘’Attalaku » avec son style. Il a été le 1er à introduire la guitare dans le Coupé-décalé avec son ami et frère Augy Solo. Après cela, on avait décidé d’apporter une autre innovation à ce Coupé-décalé et les autres ont suivi. C’est dans cette recherche qu’il est parti…

abidjanshow

Comments

comments

What Next?

Recent Articles