04172024Headline:

Après l’état de mise en œuvre du PAGDS, la coordination nationale souhaite la pérennisation du projet

Une forte délégation du Projet d’Appui à la Gouvernance pour la Délivrance des Services de base aux citoyens (PAGDS) conduite par Mme Yao Madeleine, coordinatrice nationale dudit Projet était en visite de travail, le jeudi 14 mars 2024, au Centre Hospitalier Régional (CHR) de Yamoussoukro.

La coordonnatrice a situé le mobile de la visite de la délégation qui l’a conduit successivement à Korhogo, à Bouaké et au CHR de Yamoussoukro. ‘’Nous sommes là dans le cadre d’une revue à mi-parcours du PAGDS. Dans le cadre de cette mission, nous sommes sur le terrain pour apprécier l’État d’avancement des différends projets et surtout la fonctionnalité de tous les outils déjà installés’’, a laissé entendre Mme Yao Madeleine lors du point-presse qu’elle a animé, au sortir de la visite.

Elle a cité les secteurs dans lesquels intervient le PAGDS. ‘’Nous avons choisi plusieurs secteurs : la santé, à travers le système informatisé hospitalier. Au niveau de l’éducation, nous avons choisi la distribution des manuels scolaires, le projet d’affectation en ligne et le projet de digitalisation des frais payés par le gouvernement dans les établissements privés. Aujourd’hui, nous sommes à la dernière étape, après avoir vu, au niveau de l’institution financière, le cadrage qui fait l’objet de cette séance, ce matin’’, a précisé la coordonnatrice nationale.

Nous venons fraîchement de visiter le CHR de Yamoussoukro où on a découvert que les médecins se sont appropriés le système.
La coordonnatrice nationale a exprimé sa satisfaction des résultats obtenus. Vu que l’administration est prête au changement. Au regard de ce qu’elle s’est progressivement approprié les différents outils mis en place dans le cadre de la mise œuvre dudit projet. ‘’Nous venons fraîchement de visiter le CHR de Yamoussoukro où on a découvert que les médecins se sont appropriés le système. Ils sont satisfaits de ce qui est fait et au niveau financier les ressources ont commencé à s’accroître’’, a souligné Mme Yao Madeleine.

Elle s’est réjouie d’un avancement substantiel observé au niveau du cadrage. ‘’Le cadastrage permettra d’avoir une cartographie des terrains bâtis ou non. Ce qui permettra de donner aux citoyens des droits fonciers qui vont assurer la sécurisation de leurs biens, en permettant à la direction générale des Impôts d’avoir une situation exacte de tout ce qui doit être imposé au niveau de ces espaces, et par ricochet améliorer les recettes fiscales’’.

‘’Nous sommes globalement satisfaits. Nous espérons qu’avec les requêtes que nous allons faire à la hiérarchie, notre partenaire technique et financier, à savoir la Banque Mondiale va accepter, soit une prolongation, soit une rallonge budgétaire, soit une deuxième phase. Pour sa pérennisation, nous espérons que le projet ne s’arrête pas subitement au bout d’une année et demie. Car il reste encore beaucoup à faire’’, a révélé Mme Yao Madeleine.

Elle a rappelé que le projet a le mérite d’améliorer la gouvernance, le cadre institutionnel. En plus de donner de nouveaux instruments aussi bien aux personnels qu’aux usagers de ces structures sans compter qu’il permet d’optimiser les ressources.

Saïdou Diop a émis le vœu de voir se pérenniser les outils mis en place dans le cadre de ce projet
Quant à M. Saïdou Diop, le chargé du PAGDS, coordonnateur des programmes du secteur public à la Banque Mondiale a émis le vœu de voir se pérenniser les outils mis en place dans le cadre de ce projet d’un montant de 195 millions de dollars (117 422 292 000 FCFA) qui s’achève fin décembre 2025.

What Next?

Recent Articles