05302024Headline:

Chefferie traditionnelle : Bientôt une maison pour les têtes couronnées de Gagnoa

Le Ministère de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté à travers le PNCS, a organisé le vendredi 10 mai 2024 à Gagnoa, (quartier Babré site qui abritera le CMMA) la cérémonie de pose de la première pierre du centre multiethnique de médiation et d’arbitrage ou maison des chefs traditionnels.
Le Programme National de Cohésion Nationale (PNCS) a prévu la construction et la mise à disposition de la chefferie traditionnelle de GAGNOA, d’un cadre de prévention et de règlement pacifique des conflits, des tensions et des violences dénommé Centre Multiethnique de Médiation et d’Arbitrage (CMMA) ou maison des chefs ou maison du vivre ensemble. Cette infrastructure moderne sera bâtie sur une superficie de 1200 m2 dans le quartier Babré à Gagnoa et comportera quatre bâtiments consacrés respectivement à la médiation et à l’arbitrage, à l’administration, au réfectoire et au logement de la chefferie.

La cérémonie de pose de la première de cette infrastructure administrative a vu la présence de la ministre de la Cohésion Nationale, de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté Myss Belmonde DOGO, de l’ancien Ministre et cadre du PDCI RDA, Maurice Kacou Guikahué, de l’ancienne Secrétaire d’Etat, Aimée ZEBEYOUX, du Préfet de région ainsi que de toutes les forces vives de la localité (Guides religieux, Chefs traditionnelles, Elus locaux et autorités administratives, organisations de Jeunesse, Associations de femmes…).

C’était l’occasion de pour la ministre Myss Belmonde Dogo de rappeler aux chefs de village de Gagnoa que leur rôle est de « rassembler les enfants de Gagnoa en cas de division. « Souvent, nous sommes divisés pour des broutilles » a-t-elle martelé.

Myss Belmonde Dogo a tenu à souligner les bons termes qui existent entre les hommes politiques. Une réalité dans laquelle doit s’inscrire les populations et les chefs en premiers. « Au-delà de nos divergences politiques, nous devons nous retrouver pour que Gagnoa aille de l’avant. Il n’y a pas de barrière entre les hommes politiques que nous sommes. J’invite les populations à nous accompagner dans cette paix. Tout ce que nous voulons est un développement inclusif pour Gagnoa. »

Chef Boga Sivori, chef du village de Gnalegribouo et président du Conseil des Chefs Traditionnels du Département de Gagnoa, porte-parole des chefs a pour sa part transmis sa gratitude au Chef de l’Etat. Il a aussi réitéré sa demande d’audience au président de la République.

« Madame la Ministre, au nom des chefs du département de Gagnoa, remercié solenement et de façon sonore, le président de la République, son excellence Alassane Ouattara qui, en réalité, offre cette maison des chefs à travers vous. Je voudrais profiter de cette tribune, pour et toujours au nom des 163 chefs de village du département de Gagnoa, réitérer notre demande d’audience auprès du président de la République, chef de l’État pour lui exprimer de vive voix, la reconnaissance des populations de Gagnoa pour tous les actes qu’il pose en sa faveur. »

Depuis 2015, 22 maisons des chefs traditionnels ont été déjà construites par le Ministère en charge de la Cohésion Nationale. Les localités qui abritent ces infrastructures communautaires sont : Boguédia, Boundiali commune, Tengrela commune, Dianra, Kouto commune, Sinématiali commune, Adzopé commune, Didiévi commune, Zouan-houien, Toumodi, Brobo, Ganaoni (Boundiali), Sinfra, Biankouma, Guibéroua, Guiglo, Sassandra, Mbengué, Soubré, Kolia, Touba et Kasséré.

Au titre de l’année 2024, deux autres maisons (Vavoua et Gagnoa) vont s’ajouter à cette liste non exhaustive.

 

What Next?

Recent Articles