01292020Headline:

Côte d’Ivoire: de quoi est mort le colonel Wattao?

De quoi est mort le colonel Wattao ? L’ex-chef de guerre de la rébellion des Forces nouvelles a tiré sa révérence, dans la nuit du dimanche 5 janvier 2019.

Le colonel Issiaka Ouattara est mort finalement. Les rumeurs sur son décès étaient croissantes et insistantes depuis quelques jours. Mais elles étaient fausses. C’est ce dimanche à 20h40 (1h40 temps universel et à Abidjan) qu’il est décédé à New York (Etats-Unis).

La fin de ce militaire sur-médiatisé de 53 ans est un coup dur pour l’ex-rébellion des Forces nouvelles de Guillaume Soro, qui vit des heures difficiles face au pouvoir RHDP d’Alassane Ouattara. En effet, Guillaume Soro est visé par un mandat d’arrêt international et le colonel Fofié Kouakou a vu ses résidences de Korhogo, perquisitionnées.

DE QUOI EST MORT WATTAO ?
A cette question, nos sources sont formelles. De dengue et de diabète. De fait, son état de santé qui se dégradait a contraint les autorités à l’évacuer d’abord au Maroc, puis aux États-Unis, à la mi-décembre. Saha Bélé-Belé (gros serpent en Malinké), comme ses soldats l’appelaient dans la rébellion, était au pays de Donald Trump àù vivent son épouse et ses enfants.

En effet, le commandant des Unités placées sous le commandement du Chef d’État-major, le Général Lassina Doumbia, souffrait depuis plusieurs années de diabète. Ce n’était un secret pour personne dans son entourage. Cependant, il vivait avec cette maladie, sans grande incidence sur sa santé physique. En effet, il était sous traitement.

Mais un fait nouveau est venu détériorer son état de santé. Et cela a suscité de nombreuses polémiques. Certains ont même évoqué la possibilité d’un empoisonnement. Une rumeur têtue qui court depuis plusieurs années en Côte d’Ivoire, sans qu’elle n’ait jamais été étayée par des faits indéniables.

Ce fait nouveau est la maladie de la dengue. Cette épidémie avait sévi à Abidjan, durant le premier semestre 2019 et dont les autorités ont annoncé la fin officielle au troisième trimestre. « Il avait perdu tellement de poids qu’on se demandait si c’était la même personne. Je suis même surpris qu’il ait pu survivre près de trois semaines après son évacuation », souligne l’un de ses proches, qui l’a vu à Abidjan, avant qu’il ne soit héliporté au Maroc, puis aux Etats-Unis.

Lire sur afrik soir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment