09302022Headline:

Côte d’Ivoire: les grandes dates qui ont marqué le mandat du comité de normalisation

Clap de fin sur la mission houleuse du Comité de normalisation de la fédération ivoirienne de football. Après 15 mois passés à la tête du football, Mariam Dao Gabala et son équipe ont rendu le tablier ce mercredi 4 mai 2022. Rétrospective sur les grandes dates qui ont marqué la mission du CONOR-FIF.

Le jeudi 24 décembre 2020, la Fédération internationale de football association (FIFA) décide de mettre la Fédération ivoirienne de football (FIF) sous tutelle. Trois semaines plus tard, soit le vendredi 15 janvier 2021, le Comité de normalisation de la FIF (CONOR-FIF) avec à sa tête Mariam Dao Gabala était officiellement installé sur les bords de la lagune Ebrié, par deux émissaires de la Fédération internationale de football et associations (FIFA). Une décision certes radicale, mais le moindre mal face au blocage enregistré dans le processus de renouvellement des instances dirigeantes de la fédération.

La mission de la nouvelle équipe, gérer les affaires courantes de l’instance, mettre à plat les textes (règlement, statuts et code électoral) de la fédération, afin d’y corriger les contradictions et dysfonctionnements relevés par la commission d’enquête conjointe FIFA/CAF et organiser l’élection du nouveau comité exécutif.

La reprise du championnat de Côte d’Ivoire saison 2020-2021 a été la première action posée par le Comité de normalisation de la FIF sous la houlette de Mariam Dao Gabala. Interrompue depuis le mois de mars 2020 au cours de la 20e journée sur 26, la ligue 1 a finalement repris ses droits le 27 mars 2021. Les raisons de cette interruption, la crise sanitaire liée à la COVID-19 et celle qui secouait le football ivoirien relativement à l’élection du président de la FIF. Ce sera la première fois que cette compétition se jouera sous tutelle de la FIFA.

Après la reprise du championnat national, le comité de normalisation dirigé par Mariam Dao Gabala s’est heurté au bicéphalisme à la tête de l’un des plus vieux clubs ivoiriens, l’Africa Sport. En proie à des querelles internes depuis plusieurs années déjà, le club vert et rouge avait du mal à tenir sa place dans l’élite du football local.

Avec deux équipes pour prendre part au championnat national, les choses étaient mal embarquées. Le secrétaire général, désigné pour assurer la participation du club vert et rouge dans la compétition, a été agressé physiquement par des supporters dans les travées du stade Robert Champroux de Marcory le samedi 10 avril 2021. Conséquence, un comité de normalisation dirigé par Yves Zogbo Junior a été mis en place le mercredi 27 avril. L’équipe a permis d’organiser les élections et permettre au club de retrouver sa stabilité après relégation en ligue 2.

Dans le cadre du toilettage des textes de la FIF devant aboutir à la correction des incohérences relevées par le binôme FIFA/CAF, les 25 et 26 février 2022, le CONOR-FIF organisait une assemblée générale mixte. Une rencontre au cours de laquelle les présidents de clubs ivoiriens devaient définir les conditions d’éligibilité au poste de président de l’instance. À l’issue de ce conclave, les acteurs du ballon rond ivoirien ont décidé à une large majorité de reconduire les critères existants.

Mais contre toute attente, la FIFA pose son véto. Elle chamboule le programme bien ficelé par le CONOR-FIF et les présidents de clubs, seulement 48 heures plus tard. Comme motif de ce changement de dernière minute, le système des parrainages inscrit dans l’article 47 des nouveaux textes préalablement votés, qui limiterait les possibilités de candidatures au poste de président de la FIF. L’équipe de Mariam Dao Gabala se verra donc dans l’obligation d’organiser une assemblée générale modificative le 5 avril 2022. Dans la foulée, le processus électoral devant prendre fin en mars a été rallongé.

Sortir le football ivoirien de l’ornière, c’était le vœu commun de tous les acteurs. Ils l’ont tout naturellement traduit en acte le mardi 5 avril 2022 à la maison de verre à Treichville. Le système de quatre parrainages sans catégorisation sera finalement validé à l’unanimité comme le souhaitaient les instances du football international.

L’élection tant attendue du président de la FIF sera le dernier acte fort posé par le CONOR-FIF depuis son installation à la tête du football ivoirien. Le scrutin électoral voit Yacine Idriss Diallo porté à la tête de la Fédération ivoirienne de football, ouvrant ainsi une nouvelle ère dans le football en Côte d’Ivoire.

« Le temps est à la conjugaison des efforts. Il faut que les présidents de clubs regardent l’intérêt du football pour avancer. Le nouveau président ne peut travailler sans les autres. Il faut l’union autour du football ivoirien. Pas autour d’un individu, car les individus passent, mais autour du sport roi. Il faut savoir que la FIF a un impact sur les citoyens ivoiriens. Il faut que la FIF soit un modèle de management, de gestion des équipes. Il faut qu’elle soit transparente », exhortait Mariam Dao Gabala, l’ex-présidente du CONOR-FIF le 3 mai dernier lors de sa conférence de presse-bilan au siège de l’instance à Treichville.

La sénatrice a officiellement rendu le tablier au nouveau patron de la maison de verre de Treichville le mercredi 4 mai.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles