05272022Headline:

Côte d’Ivoire/Lutte contre le Travail des Enfants: Dominique Ouattara équipe la police criminelle en matériels mobiliers et roulants

La Première Dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara a fait don d’un important matériel roulant, des équipements de bureau, informatiques et de communication, à la sous-direction de la Police criminelle en charge de la lutte contre le travail des enfants. Composés de huit (08) véhicules de type 4 x 4 doubles cabines, vingt (20) motos, de mobiliers de bureaux, du matériel informatique, 5.000 masques et des dispositifs de lavage des mains, ces dons ont été réceptionnés le jeudi 25 juin 2020, par les bénéficiaires, en présence du Général Vagondo Diomandé, ministre de l’Intérieur et de la Protection Civile, Bakayoko Ly-Ramata, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, des représentants du corps diplomatique accrédités en Côte d’Ivoire, des représentants des organisations du système des Nations Unies, des Institutions et organisations partenaires engagées dans la lutte aux côtés du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) et des membres de la Police nationale. Ce matériel, selon la donatrice, devra permettre d’équiper et de rendre opérationnelle les six (06) Antennes Régionale de cette unité créées notamment à San-Pedro, Soubré, Bouaké, Bondoukou, Man et Korhogo. Aussi, a-t-elle précisé que ces dons rentrent en ligne de compte dans l’axe 3 du Plan d’Action National (PAN) 2019-2021 de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants. Pour la présidente du CNS, l’évaluation de la stratégie de lutte contre le travail des enfants a mis en lumière la faiblesse du volet répression et poursuite. Qui selon elle se justifie par la localisation jusqu’à ce jour de l’unité de Police en charge de la lutte contre ce phénomène exclusivement à Abidjan et au manque de moyen lui permettant de remplir ses missions. «La cérémonie qui nous rassemble aujourd’hui concerne l’axe 3 de notre plan d’action c’est-à-dire la poursuite et la répression des trafiquants d’enfants. En effet, l’évaluation de la stratégie nationale de lutte contre le travail des enfants, a mis en lumière les faiblesses du volet répression. Pour preuve, jusqu’à ce jour, l’équipe de la sous-direction de la lutte contre le travail des enfants était basée uniquement à Abidjan et cela réduisait considérablement les contrôles aux frontières et à l’intérieur du Pays, ainsi que leur efficacité sur le terrain. Cette direction était aussi sous équipée en matière de mobilité, de matériel ainsi que de ressources humaines affectées à ce travail. De même elle disposait de trop peu de moyens financiers pour les réaliser » regrette la présidente du CNS. Poursuivant, elle a souligné que, dans l’objectif de palier ce déficit et donner un nouvel élan à la stratégie de lutte contre le Travail des Enfants que le CNS a sollicité auprès du ministre de l’Intérieur et de la Protection Civile, la création de six (06) Antennes Régionales de la sous-direction de la Police criminelle en charge de la lutte contre le Travail des Enfants à l’intérieur du pays. «Ce sont à terme 200 agents de police qui animeront ces antennes et un budget conséquent sera mis à leur disposition pour travailler avec efficacité », a-t-elle précisé. Aussi, il s’agit donc une nouvelle dynamique à la Présidente du CNS de réaffirmer sa confiance dans la lutte contre le phénomène de travail des Enfants. « La Côte d’Ivoire est plus que jamais déterminée à poursuivre le combat avec l’ensemble de ses partenaires et toutes les parties prenantes pour lutter efficacement contre le travail des enfants dans notre Pays », a-t-elle confié. Selon le bilan de la lutte de 2012 à 2019, souligne-t-elle, « ce sont plus de 320 trafiquants qui ont été mis aux arrêts grâce aux différentes opérations de Police. » Le Général Vagondo Diomandé, ministre de l’Intérieur et de la Protection Civile, a exhorté ses services et particulièrement la sous-direction de la Police criminelle en charge de la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants à continuer sa mission avec plus de dextérité pour faire reculer ce phénomène. A juste titre, il a pris l’engagement de faire chuter le trafic et le travail des enfants dans le pays. «(…) Votre important don de ce jour, constitué de 08 véhicules de type 4 x 4 doubles cabines, de 20 motos, de matériel informatique et de bureautique, est un apport inestimable pour ces bureaux chargés de la lutte contre la traite et l’exploitation des enfants, en ce sens qu’il renforcera leur mobilité et leurs capacité de se porter dans des endroits inaccessibles en véhicules pour traquer les trafiquants et exploitants d’enfants et facilitera la procédure d’indentification des malfrats », a-t-il souligné. Le ministre de l’Intérieur et de la Protection Sociale a en profité pour faire le bilan des opérations successives conduites par ses services en collaboration avec le CNS. Il s’agit de l’opération NAWA menée à Soubré qui a permis de retirer 22 enfants de différentes nationalités victimes de traites, d’exploitations et des pires formes de travail des enfants. Du 2 au 6 juin 2015, l’opération AKOMA dans la région de San-Pedro a permis de retirer 48 enfants et de mettre aux arrêts 10 trafiquants. Du 9 au 11 janvier 2020, l’opération BIA 3 dans la région d’Aboisso a permis de retirer 137 enfants et de mettre aux arrêts 27 trafiquants. Pour un effectif de 200 agents de la Police, ces Antennes Régionales permettront à cette unité spéciale de la Police nationale de quadriller le territoire national et de faire échec aux trafiquants et aux exploitants d’enfants.

Brigitte GBAGBO

Comments

comments

What Next?

Recent Articles