05262024Headline:

Faux diplômes aux concours des douanes : De hauts gradés aux portes de la maca

En plus de la sanction administrative et l’éventuelle révocation qui visent les 87 agents des douanes admis aux concours professionnels exceptionnels ayant eu recours aux faux diplômes, la piste de la prison n’est pas à écarter.

L’affaire des faux diplômes aux concours des douanes en Côte d’Ivoire prend une nouvelle tournure. Les 87 agents des douanes, admis aux concours professionnels exceptionnels avec de faux diplômes, ne sont plus seulement sous le coup de sanctions administratives et d’éventuelles révocations. La piste de la prison est désormais sérieusement envisagée.

Dah Pierre Alphonse (DG des douanes) chez la ministre d’Etat Anne Ouloto
La Ministre d’Etat, ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Anne Désirée Ouloto, a tenu, le mercredi 15 mai 2024, une séance de travail avec le Directeur général des douanes, l’administrateur général Dah Pierre Alphonse, pour discuter de cette affaire. Lors de cette rencontre, le DG des douanes a présenté un état des lieux de la situation à la ministre.

Le DG des douanes Da Pierre a été félicité par la Ministre de la Fonction Publique Anne Ouloto.
‘’Notre vision est une douane nouvelle. Une carrière administrative doit se faire de la façon la plus juste possible. Nous avons décidé de faire le ménage. Nous apprécions donc votre soutien Mme la ministre d’État, vous qui êtes la patronne de tous les fonctionnaires ivoiriens’’, a-t-il déclaré, selon un rapport de Le Patriote.

Je ne saurais accepter qu’un groupuscule vienne ternir l’image de l’Administration publique
La ministre Anne Désirée Ouloto a exprimé son soutien au directeur général de la douane pour son initiative courageuse. ‘’Le DG a décidé d’agir en toute responsabilité, il a fait son travail. On ne doit pas protéger celui qui veut faire du faux’’, a-t-elle affirmé. Elle a également indiqué que les arrêtés d’admission des douaniers fraudeurs seront retirés. ’’Je ne saurais accepter qu’un groupuscule vienne ternir l’image de l’Administration publique’’, a-t-elle ajouté, soulignant l’importance de maintenir l’intégrité au sein de la Fonction Publique.

Le directeur général de la Fonction Publique, Soro Gninagafol, a précisé que les fraudeurs encouraient trois types de sanctions : administrative, disciplinaire et pénale. La sanction administrative implique l’annulation de l’admission au concours, tandis que la sanction disciplinaire peut aller jusqu’à la révocation. La sanction pénale, en revanche, est plus sévère, car il s’agit de faux et usage de faux, des infractions passibles de peines de prison.

Les peines d’emprisonnement pour ce genre de délit
Les agents coupables pourraient ainsi être conduits à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Les peines d’emprisonnement pour ce genre de délit varient de 6 mois à 3 ans, avec des amendes allant de 50 000 francs CFA à 500 000 francs CFA.

Pour comprendre l’ampleur du phénomène, il est utile de revenir sur les chiffres des dernières années. En 2021, sur un effectif de 258 candidats admis au concours de contrôleurs, 28 ont utilisé de faux diplômes. En 2022, pour le concours des inspecteurs, 11 des 16 admis ont eu recours à des faux diplômes. Toujours en 2022, sur 260 admis au concours de contrôleur, 48 ont fraudé. Cela donne un total de 87 admis avec de faux diplômes sur deux ans.

L’administration des douanes et la Fonction Publique se sont engagées à prendre des mesures strictes pour assainir le milieu.
Ces chiffres montrent une tendance inquiétante et un système de fraude bien installé. Face à cette situation, l’administration des douanes et la Fonction Publique se sont engagées à prendre des mesures strictes pour assainir le milieu.

What Next?

Related Articles