06282022Headline:

France: Emmanuel Macron rebaptise son parti Renaissance en vue des législatives

Le parti présidentiel La République en marche change de nom, juste avant les élections des 12 et 19 juin.
Et Emmanuel Macron s’est mué en un “Renaissance man”, selon les mots du Telegraph. Le journal se permet ce trait d’esprit (on pourrait traduire le terme en français par “homme aux talents multiples”, ou “esprit universel”) alors que le parti La République en marche du président français a été rebaptisé Renaissance, jeudi 5 mai.

Le nom Renaissance signifie “toujours de faire le choix des Lumières contre l’obscurantisme”, a déclaré son secrétaire général, Stanislas Guerini, lors d’une conférence de presse à Paris.

Le dirigeant centriste de 44 ans avait créé son parti En Marche ! il y a six ans, rappelle le média britannique. Il avait ensuite décroché la majorité absolue aux élections législatives de 2017.

Ce nouveau nom survient “juste avant le début de la campagne pour les élections législatives” des 12 et 19 juin, lors desquelles le chef de l’État tentera d’obtenir une majorité au Parlement pour son second mandat, note The Guardian.

Pour “contrer les menaces” que représentent le Rassemblement national et l’alliance de la gauche, il a également été annoncé que Renaissance ferait équipe avec deux autres partis centristes, le MoDem et Horizons, sous la bannière Ensemble.

Pour The Telegraph, ce “changement de marque” vise à “rafraîchir l’image” du parti, quand beaucoup d’électeurs ont voté Macron à la présidentielle pour faire barrage à l’extrême droite. Et, alors que la formation de M. Macron a déjà utilisé le nom Renaissance lors de sa campagne pour les élections européennes de 2019, il s’agit de “présenter les législatives comme une bataille pour ou contre l’Union européenne”.

Le but est également d’“aider le parti de Macron à gagner du terrain dans les collectivités locales, ce qu’il n’a pas réussi à faire au cours des cinq dernières années”, relève The Guardian. “Ce sera un parti du peuple, ouvert aux citoyens”, a déclaré M. Guerini, affirmant que toute expertise était la bienvenue, en particulier celle des élus locaux qui pourraient y adhérer.

Cependant, met en garde Politico Europe, avec la concurrence qui s’organise, l’“ascension” pourrait s’avérer “plus raide” qu’il y a cinq ans pour le parti présidentiel.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles