10202019Headline:

Grève à la DGI: une cabale contre le Directeur général dénoncée

Un bruit de grève fait écho, depuis ce mercredi 18 septembre 2019, dans les services de la Direction générale des Impôts (Dgi). La fédération des Syndicats (FESY-DGI), pour faire aboutir ses revendications, a décidé de lancer un mot d’ordre de paralysie des services de cette régie financière. Ce, au motif, selon les leaders de cette organisation syndicale, d’un échec des discussions avec les autorités ministérielles et leur Direction générale.

Selon d’autres sources au sein de cette régie, la raison telle qu’avancée suppute une pure « cabale » contre le directeur général de la Dgi victimes d’une « manœuvre machiavélique » pour l’éjecter de son fauteuil. « A y voir de près, les responsables syndicaux sont sur le point de dérouler leur plan savamment préparé pour éjecter M. Ouattara Sié Abou, le Directeur général ».

Selon les tenants de cette thèse qui ont transmis à Abidjan.net une note pour retracer toutes les tentatives de conciliation engagées entre la Dgi et les syndicalistes, la majorité des agents des impôts ne souscrit pas au plan ourdi contre leur Directeur général actuel. Ouattara Sié Abou, auréolé de 30 ans passés dans la régie, souligne cet homme est un « grand travailleur, technocrate, et ouvert au dialogue ». La preuve, dès les premières heures de sa prise de service, il aura créé un cadre permanent de concertation (CPC) avec les syndicats matérialisé par des rencontres mensuelles.

Mieux, M. Sié aurait fait de la revalorisation des ressources des agents l’une de ses préoccupations majeures. Idem pour l’amélioration des conditions de travail de ses collaborateurs à travers plusieurs actions dont la dotation en véhicules de la quasi-totalité des services, l’équipement en matériels de bureau et informatiques, la programmation d’opérations immobilières au profit des agents, la réhabilitation des sites fiscaux ou la construction de nouveaux centres des impôts. Autant d’initiatives qui fondent les partisans du Directeur général à arguer d’une mauvaise foi des syndicalistes dans les échanges avec leur premier responsable. Lequel a eu plusieurs rencontres ayant abouti à des points d’accord et de désaccord en présence de la tutelle, le ministère du Budget. Le mardi 17 septembre 2019, révèle la note confidentielle transmise à Abidjan.net, un rendez-vous aurait été prévu pour formaliser les points de divergence et les points de satisfaction par la signature d’un protocole. Mais, c’est avec surprise que les syndicalistes chargés de rédiger ledit protocole n’y ont plus fait diligence. Une « volte-face » qui fera suite à l’annonce de la grève, qui fait écho. « Tout cela montre la mauvaise foi des dirigeants syndicaux. Car, le dessein inavoué est clair et sans équivoque », pense-t-on dans l’entourage du DG, où l’on rappelle les différentes rencontres, avec le Ministre du Budget en juillet et en août 2019, et surtout l’assurance donnée par la tutelle de donner une réponse aux préoccupations posées au plus tard le 30 septembre prochain. « Comme on le voit, les responsables syndicaux jouent au cache-cache avec les autorités et la Direction générale. Ils refusent ainsi la main tendue du Directeur général et du Ministre ».

Mais, précise notre source, la grève annoncée par la FESY-DGI n’intéresse pas les agents des impôts pour qui leurs responsables syndicaux seraient en mission pour le compte de mains obscures afin de bloquer l’administration fiscale et susciter l’ire de sa hiérarchie.

Lire sur abidjan.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment