09302022Headline:

Iran: elle meurt après avoir été sévèrement battue par la police pour ne pas avoir couvert ses cheveux

Mahsa Amini, 22 ans, a été déclarée en état de mort cérébrale quelques heures après avoir été arrêtée par la police des mœurs à Téhéran. La jeune femme a en effet a été arrêtée été sévèrement battue dans la camionnette de la police des mœurs pour ne pas avoir couvert ses cheveux.

Mardi, Mahsa Amini a été déclarée en état de mort cérébrale, quelques heures après avoir été arrêtée par la « police des mœurs » à Téhéran pour « hijab incorrect », ce qui signifie qu’elle n’avait pas entièrement couvert ses cheveux. Elle a été arrêtée par la police, puis battue dans le fourgon de police alors qu’elle était emmenée dans un centre de détention, surnommé « classe de rééducation », pour ne pas s’être conformée aux règles du hijab obligatoire dans le pays.

Selon les rapports, l’incident se serait produit le 13 septembre alors qu’Amini, originaire de Saghez, en Iran, s’était rendue à Téhéran pour un voyage d’agrément. La femme se trouvait avec son frère Kiarash à l’entrée de l’autoroute Shahid Haghani lorsque la « police des mœurs » est arrivée et a arrêté Amini pour une « classe de rééducation » d’une heure.

Les policiers ont emmené la femme au poste de police de l’avenue Vozara, où des dizaines d’autres femmes étaient déjà détenues pour ne pas avoir respecté les règles du hijab obligatoire dans le pays. Ils ont battu les femmes et les ont instruites sur les règles vestimentaires du pays.

Mahsa a été emmenée au poste de police pour un « cours de rééducation » parce qu’elle ne portait pas le hijab, selon son frère. Selon Kairash, le frère de la victime, le fourgon de police a bloqué le chemin de sa sœur et l’a enlevée. Les policiers ont agressé et tordu le bras de Kairash lorsqu’il a tenté de sauver sa sœur de l’enlèvement. Après qu’il se soit démêlé, ils l’ont informé que Mahsa serait emmenée au poste et libérée après une heure de « leçon de rééducation ».

Des agents de sécurité ont été convoqués à l’hôpital lorsque des informations faisant état du coma de Mahsa ont fait surface sur les médias sociaux. La famille de Mahsa est également sous surveillance policière depuis mardi soir, bien qu’un policier présent à l’hôpital ait promis que l’agresseur de Mahsa, et non la famille, ferait l’objet d’une enquête.

Kairash, quant à lui, a tenté de déposer une plainte contre la police, mais le tribunal de Téhéran lui a ordonné de se rendre au siège de l’avenue Vozara. « Ils m’ont donné une lettre et m’ont dit de me rendre au siège de l’avenue Vozara pour y enregistrer ma plainte. C’est comme si je demandais à mon père de nommer le meurtrier si je tuais quelqu’un dans notre maison. Mais je ne permettrai pas que cela se termine dans le silence. Je vais dire à tout le monde en Iran ce qui s’est passé », a déclaré Kairash, furieux.

Des rapports mentionnent que la police a tenté d’étouffer l’affaire. Jeudi, la police de Téhéran a publié une déclaration affirmant que Mahsa souffrait déjà d’un problème cardiaque et qu’elle n’avait jamais été battue. « Une femme a été conduite dans un commissariat de la police du Grand Téhéran pour être éduquée et guidée lorsque soudainement elle a souffert d’un problème cardiaque alors qu’elle était parmi d’autres personnes également présentes pour être guidées », peut-on lire dans le communiqué.

« Avec la coopération de la police et des services d’urgence, cette femme a été immédiatement transportée à l’hôpital, où elle est traitée et soignée », ajoute le communiqué. Après la révolution islamique de 1979, le hijab est devenu obligatoire en public pour les femmes et les filles iraniennes âgées de plus de neuf ans en Iran. Au fil des ans, de nombreuses Iraniennes ont enfreint cette interdiction et repoussé les limites de ce que les autorités considèrent comme un habillement acceptable.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles