05172022Headline:

La délégation de l’état-major rwandais achève sa visite en France

Fin de la visite d’une délégation de l’état-major rwandais en France. Une délégation de très haut niveau. Outre le chef d’état-major, le général Jean Bosco Kazura, étaient également présents à Paris le responsable de la coopération militaire internationale, le chef des services de renseignement militaire, ainsi que le chef des opérations et de la formation. Signe d’une détente entre les deux pays.

Sur Twitter, le ministère des Affaires étrangère français évoque des réflexions et des ambitions communes en matière de coopération sur la sécurité et la défense. Difficile d’en savoir plus sur la teneur des discussions entre les militaires français et rwandais.

Les relations entre les chefs d’état-major rwandais et français sont en tout cas « très bonnes », affirme une source militaire de haut niveau. Les deux hommes se connaissent bien ; ils ont eu à travailler ensemble quand le général Kazura était à la tête de la Minusma au Mali, ajoute cette source.

Lors de leur rencontre à Paris, les discussions entre les deux chefs d’état-major ont principalement porté sur la stabilité en Afrique centrale et au Mozambique, où la montée en puissance du groupe État islamique inquiète et où l’entreprise TotalEnergies a un mégaprojet gazier.

Kigali est présent dans la région, avec plusieurs milliers de soldats déployés au Soudan du Sud, mais également dans le cadre d’accords bilatéraux en Centrafrique – où ils ont sécurisé la dernière élection présidentielle – et plus récemment au Mozambique pour aider à lutter contre une insurrection islamiste.

« Sur ces deux théâtres, il y a une convergence d’intérêts stratégiques entre la France et le Rwanda », souffle une source bien informée. « Le Rwanda est un partenaire qui apparaît de plus en plus fiable », indique-t-on de source de haut niveau. « Avec une armée efficace, le Rwanda a acquis une vraie crédibilité grâce à son armée. »

Côté rwandais, pas de communication, mais le Premier ministre Edouard Ngirente a rappelé mercredi lors d’une conférence de presse que cette visite du chef d’état-major à Paris rentrait dans le cadre d’une volonté politique de normalisation affichée par les deux chefs d’État il y a quelques mois. « Il y a maintenant une collaboration et des échanges dans différents secteurs », a-t-il souligné.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles