09202019Headline:

Le 1er Dialogue régional avec le secteur privé sur la lutte contre l’érosion se tient à Abidjan-Cocody. Voici ce que Joseph Séka Séka propose !

Le Dialogue régional pour le secteur privé sur la lutte contre l’érosion, dans le cadre du Programme de gestion du littoral ouest africain (Waca), se tient les 27 et 28 février 2019, à Abidjan-Cocody, Côte d’Ivoire.

Les zones côtières ouest-africaines font actuellement l’objet d’attention particulière, eu égard au fait qu’elles concentrent une forte proportion des populations des pays côtiers et du fait des fortes potentialités qu’elles offrent pour un développement social, économique et environnemental viable. Malheureusement, ces zones subissent de nombreuses pressions qui dégradent leur environnement, menaçant ainsi la vie des populations et les investissements publics et privés qui s’y trouvent. Aussi, dans le but de protéger ces zones contre toutes les formes d’agression, en vue de les rendre résilientes face aux défis environnementaux, se tient à Abidjan-Cocody, Côte d’Ivoire, les 27 et 28 février 2019, le 1er Dialogue régional avec le secteur privé sur la lutte contre l’érosion.

Ouvrant les travaux de ces assises le mercredi 27 février 2019, le ministre de l’Environnement et du développement durable, Joseph Séka Séka a appelé à des suggestions et des recommandations susceptibles d’engager le secteur privé dans la résilience des zones côtières ouest africaines. « A cet effet, la mise en place d’un Comité consultatif du secteur privé pour la résilience des zones côtières ouest africaines serait un excellent outil de concertation et de conseil », a-t-il proposé. Séka Séka a rappelé les efforts entrepris par le Gouvernement ivoirien pour la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire en vue de la prise en charge de l’ensemble du littoral ivoirien. « La loi n°2017-378 relative à l’aménagement, à la protection et à la gestion intégrée du littoral, promulguée le 02 juin 2017 vient organiser toutes les activités mises en œuvre sur le littoral », a souligné le ministre. Il a invité le secteur privé, les communautés littorales et les organisations de la société civile à participer, ensemble, au processus de gestion du littoral, notamment en matière de partage d’information, d’appui au de contribution à la gestion des catastrophes et à la lutte contre les pollutions et la sensibilisation, puis la formation.

Adama Coulibaly, directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, a jugé opportun la tenue de cette rencontre, faisant remarquer que « la grande majorité du tissu industriel et commercial (ports, aéroports, exploitations minière et pétrolière, hôtellerie…) des pays côtiers se retrouve dans leurs zones côtières qui subissent malheureusement les affres de l’érosion côtière exacerbée par les changements climatiques ».

Le représentant du directeur des Opérations de la Banque mondiale, Sunil Mathrani a dit son souhait que ce 1er dialogue régional aboutisse à une « collaboration fructueuse avec nos partenaires du secteur privé sur les thématiques de la protection du littoral et de l’adaptation au changement climatique ». Il a traduit l’engagement de la Banque à relever le défi climatique et cela, à travers les financements qu’elle consacre par an, soit plus de 10 milliards de dollars (5 000 milliards de Fcfa).

Le programme Waca, faut-il le noter, a pour objectif d’aider à réduire la vulnérabilité des communautés côtières et à augmenter la résilience d’infrastructures clés aux aléas climatiques.

Irène BATH

Lire l’article sur linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment