09292022Headline:

Le droit à l’avortement aux Etats-Unis visé par le coup de force d’une minorité

Le projet de la Cour suprême illustre la lutte menée par les plus conservateurs contre le droit des femmes à disposer librement de leur corps.

Il faudra attendre le mois de juin pour savoir si la majorité conservatrice de la Cour suprême des Etats-Unis entend bien revenir sur un demi-siècle de jurisprudence à propos du droit à l’avortement. La version de l’arrêt publié lundi 2 mai par le site Politico laisse pour l’instant peu de doute quant à ses intentions qui sont de le confier à l’appréciation des Etats. Elles sont à la fois le produit d’une offensive concertée et méthodique soutenue activement par le courant réactionnaire américain depuis des décennies, et le fruit de circonstances exceptionnelles liées l’une aux autres par un fil conducteur : la tentation d’une minorité d’imposer ses choix au plus grand nombre.

La lutte contre le droit des femmes à disposer librement de leur corps a été dès le départ un enjeu de la guerre culturelle qui a gagné progressivement les Etats-Unis à la fin du XXe siècle. Elle est devenue d’autant plus centrale que la droite religieuse a progressivement perdu pied dans un autre conflit majeur, celui des droits reconnus aux homosexuels, à commencer par celui de se marier, sanctuarisé en 2015 par la Cour suprême. Composée de neuf juges nommés à vie par le président des Etats-Unis à condition d’être confirmés par le seul Sénat, cette Cour avait alors accompagné une évolution majeure de la société américaine, y compris dans les différentes chapelles républicaines.

Lire aussi l’éditorial du « Monde » : La droite américaine contre les droits des femmes
Le projet d’arrêt qui a « fuité » dans Politico constitue le point d’arrivée d’un effort remarquable, dont la constitution d’un lobby de juristes conservateurs, la Federalist Society, en 1982, est la meilleure illustration. Pour éviter les mauvaises surprises de la part de juges nommés par des présidents républicains (cinq des six juges conservateurs avaient soutenu l’arrêt historique Roe v. Wade en 1973), un travail de sélection de candidats jugés d’une fidélité absolue à la cause a été conduit. Il a culminé sous la présidence de Donald Trump. C’est sur la base de la seule liste de candidats établie par la Federalist Society que ce dernier a choisi les trois juges qui ont accentué l’orientation de la plus haute instance judiciaire du pays désormais dominée par six conservateurs face à trois progressistes nommés par des présidents démocrates.

La détermination du courant réactionnaire américain n’est pourtant partagée que par une minorité de l’opinion américaine comme le montrent invariablement les résultats des sondages. Si la question de l’avortement, à la fois intime et douloureuse, continue de diviser les Américains, comme celle des cas pour lesquels il peut être envisagé, l’arrêt de 1973 continue de faire consensus. Une majorité nette (54 %) souhaite son maintien dans un sondage publié le 2 mai par le Washington Post, contre seulement 28 % qui y sont opposés.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles