06132024Headline:

Le gouvernement ivoirien, active une stratégie visant à accélérer les discussions pour la lutte contre la vie chère

Peut être une image de 1 personne, pain et intérieurSous la conduite du Directeur général du Commerce intérieur, Aimé Koizan, la Secrétaire exécutive du Conseil national de Lutte contre la vie chère (CNLVC), Dr Ranie-Didice Bah-Koné, des représentants de ministères techniques et les acteurs du secteur de la boulangerie planchent depuis le lundi 20 février 2023, à Yamoussoukro, sur un projet de réforme de ce secteur important de notre économique nationale.

Grand pourvoyeur d’emplois et facteur de lutte contre le chômage des jeunes et la pauvreté, le secteur de la boulangerie fait l’objet d’une attention particulière de l’État. Les travaux, qui ont cours depuis 48 heures, portent sur un projet de réforme devant aboutir à la mise sur pied d’une fiscalité adaptée à ce secteur, en tenant compte du caractère social du pain, avec à la clé, l’instauration d’un fonds de garantie devant accompagner la modernisation des boulangeries.
Les travaux de Yamoussoukro participent à l’opérationnalisation des mesures à court terme proposées par le Comité Technique de suivi de la filière blé/farine-boulangerie et adoptées par le Conseil des Ministres en sa séance du 30 mars 2022. Ils visent à assainir le secteur de la boulangerie.

La rencontre de Yamoussoukro est l’occasion d’un réel diagnostic permettant d’adresser les véritables *défis du secteur afin de permettre aux parties prenantes d’entrevoir ensemble les solutions appropriées et durables pour une boulangerie moderne répondant aux attentes des consommateurs.
‘’Nous devons donner une orientation stratégique à part entière à ce secteur si nous tenons à améliorer véritablement le quotidien des boulangers et aussi, à rendre ce secteur attractif pour notre jeunesse’’, expliquait Albert Kouatelay, directeur de cabinet adjoint du ministre du Commerce de l’Industrie et de la Promotion des PME.

L’Atelier en cours, suscite beaucoup d’attentes de la part des différentes parties, eu égard au fait que le secteur de la boulangerie reste confronté à certains défis de taille dont ceux portant sur le cadre réglementaire, notamment le non-respect de la mesure de distanciation de 500 m entre deux boulangeries, la qualification insuffisante de la plupart des acteurs; le manque de sécurité sociale de nombreux travailleurs ; la présence de boulangeries clandestines ; la pression fiscale dont les acteurs se disent victimes; l’insalubrité des locaux et la présence de revendeurs informels, le tout en violation des dispositions réglementaires en vigueur.

En plus des éléments de dysfonctionnement suscités, le secteur de la boulangerie reste confronté ces dernières années, à la hausse des coûts des principaux facteurs de production. En effet, le blé, qui est la matière première de base dans la fabrication du pain, subit de fortes fluctuations des cours. Cette situation a été exacerbée par la covid-19 et la crise en Ukraine. Cet état de fait a eu un impact négatif sur les activités de la quasi-totalité de la corporation.
Pour pallier cette situation et éviter les conséquences éventuelles sur la paix sociale, le Gouvernement a mis en mission le Comité Technique de suivi de la filière blé/farine-boulangerie avec pour feuille de route, la mise en œuvre des mesures immédiates et des mesures à court terme dans une perspective d’assainissement du secteur de la boulangerie.

A ce jour, toutes les mesures immédiates ont été réalisés. Il s’agit de la mise en vente sur l’ensemble du territoire national de deux types de baguette de pain dont la baguette standard à 150 F CFA pour 174 g et la baguette améliorée à 200 F CFA pour 232 g, de l’octroi aux meuniers d’une exonération des droits de douanes sur l’importation de blé pour réduire l’impact du renchérissement des cours du blé sur le prix de la farine boulangère et de l’allocation d’un appui financier aux acteurs de production de farine de blé d’un montant de 6,6 milliards de F CFA par mois en vue d’absorber la hausse du prix additionnel sur le sac de farine de 50 kg pour stabiliser le prix de la baguette de pain.

What Next?

Recent Articles