05232022Headline:

Le Maroc visé par un Belge soupçonné de préparer des « projets terroristes imminents »

Le suspect, d’origine marocaine, a été mis en détention par la justice belge. Cette affaire est liée à l’arrestation le 2 mars dans le sud du Maroc d’un « extrémiste » marocain affilié à l’organisation jihadiste État islamique.

Un Belge d’origine marocaine soupçonné d’être impliqué dans la préparation de « projets terroristes imminents » au Maroc a été arrêté en Belgique avec la coopération des services de renseignement marocains (DGST), a annoncé le 4 mars au soir la police antiterroriste marocaine.

« Les renseignements mis par la Direction générale de la surveillance du territoire national (DGST) à la disposition des autorités sécuritaires et judiciaires belges ont permis l’arrestation du mis en cause, qui s’activait au nom de Abdellah Al-Beljiki », a précisé un communiqué du Bureau central d’investigations kudiciaires (BCIJ). Le suspect a été « mis en détention par la justice belge pour les besoins de l’enquête menée dans le cadre des affaires du terrorisme et de l’extrémisme violent », ajoute le BCIJ.

Cette affaire est liée à l’arrestation le 2 mars dans le sud du Maroc d’un « extrémiste » marocain affilié à l’organisation jihadiste État islamique (EI), suspecté de fomenter des attentats à la bombe contre des étrangers, des hauts responsables de la sécurité et du gouvernement marocains ainsi que des sites militaires et des établissements pénitentiaires. Âgé de 27 ans, il était chargé de recruter des exécutants pour ce « plan terroriste aux ramifications transfrontalières » sur le territoire marocain.

L’individu arrêté en Belgique a transféré de l’argent en euros au « suspect arrêté au Maroc, au début du mois de mars, comme une première avance dans le cadre d’opérations de financement progressif pour l’acquisition de composés et de produits chimiques entrant dans la préparation et la fabrication d’explosifs », détaille le communiqué du BCIJ. En outre, le suspect belge est impliqué dans « l’incitation à la création d’une organisation terroriste locale pour mener des opérations subversives au Maroc ».

Si le royaume chérifien a été épargné ces dernières années par les violences liées aux groupes jihadistes, ses services de sécurité font régulièrement état de coups de filet antiterroristes et de projets d’attentat déjoués. Depuis 2002, la police marocaine a démantelé plus de 2.000 cellules terroristes et interpellé plus de 3 500 personnes dans le cadre d’affaires liées au « terrorisme », selon les autorités.

Comments

comments

What Next?

Related Articles