06262022Headline:

Togo – « Dubaï Porta Potty » : le MMLK porte plainte contre Camille Makosso

Dans le dossier « Dubaï Porta Potty », le sulfureux pasteur ivoirien, Camille Makosso, le 3 mai 2022, a sorti une liste présumée des pays africains, dont le Togo, qui sont empêtrés dans ce gros scandale. Profitant du séjour à Lomé, la capitale du Togo, du patron de la marmaille, le Mouvement Martin Luther King (MMLK), dirigé par le pasteur Edoh Komi, a porté plainte contre Camille Makosso.

Le dossier « Dubaï Porta Potty » continue de dicter sa loi. Depuis l’éclatement de cette sordide affaire, chacun y va de ses commentaires. C’est alors que des influenceurs ont réussi, selon eux-mêmes, à identifier les pays africains, dont des jeunes femmes sont concernées par cette tragédie.

Dès lors, dans la foulée de cette affaire avilissante, Camille Makosso, le 3 mai 2022, a sorti une liste présumée des pays africains, dont des filles sont mêlées à ce dossier, dit « Dubaï Porta Potty ». Dans ladite liste, le patron de la marmaille a mentionné le Togo, ce petit pays de l’Afrique de l’ouest. Selon Général Makosso, seraient concernées par le dossier, au Togo, 26 filles, dont 4 Miss, 11 mannequins (y compris 3 gérantes d’agences d’hôtesses), 8 tiktokeuses, 2 artistes. Même si le compte n’y est pas, il serait, quand même, tentant de porter une attention particulière à cette liste, aussi prétendue soit-elle.

En effet, alors qu’il séjourne, actuellement, sur les terres togolaises, le célèbre influenceur est sur le point d’être écouté par la justice du pays, apprend-on des médias locaux. En tout cas, c’est, du moins, ce qui ressort d’un appel lancé par le pasteur Edoh Komi, hier, vendredi 27 mai 2022, au nom du Mouvement Martin Luther King (MMLK). Dans une note, adressée aux autorités judiciaires togolaises et remontée par les médias, le MMLK demande que le pasteur ivoirien soit « poursuivi par les instances judiciaires » togolaises, dans l’affaire « Dubaï Porta Potty ».

Suite aux révélations traumatisantes et iniques relatives au scandale de « DUBAÏ PORTA POTTY » (Femmes toilettes), où les femmes majoritairement africaines ont été soumises à des traitements ignobles, malveillants et pervers, violant la dignité humaine, l’activiste Ivoirien des réseaux sociaux a annoncé avoir identifié les filles impliquées dans cette pratique honteuse, dont vingt six (26) Togolaises.

Cette affaire défraie la chronique et continue de secouer le monde entier. En tant qu’une organisation de défense des droits de l’homme, il est impérieux de cerner minutieusement tous les détails afférant à cette affaire macabre, attentatoire à nos mœurs et valeurs, afin d’éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale. Dans cette optique, le Mouvement Martin Luther King a tenté vainement de connaître la liste des 26 présumées togolaises, ayant consenti à cette pratique à Dubaï pour des raisons financières et pécuniaires. Pour le MMLK, c’est une affaire qui met en cause l’honneur de toute la nation et la lumière doit y être apportée.

Comme l’auteur qui dit avoir identifié ces compatriotes est actuellement dans la capitale togolaise, le MMLK lui enjoint de remettre aux autorités togolaises la fameuse liste nominative à sa disposition pour toute fin utile. À défaut, il doit être poursuivi par les instances judiciaires devant lesquelles le MMLK a porté plainte pour diffamation, atteinte à l’honneur et dénonciations calomnieuses, délits et faits? punis par le Code pénal dans ses articles 290 et 291 (TOGO). Car, c’est un grand déshonneur pour nous, Togolais, que les compatriotes sont cités dans ce feuilleton humiliant et dégoûtant ; raison pour laquelle leur identité doit être rendue publique.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles