08212018Headline:

Ahmadou Bakayoko crée une nouvelle équipe de combat au sien de la Rti

La Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti) enregistre de nouvelles nominations depuis début février 2018. Quel est l’objectif de ces nominations et que peut-on en attendre ?

On ne peut pas dire de la Rti qu’elle n’est pas sensible aux attentes de ses téléspectateurs. En effet depuis 6 ans, Ahmadou Bakayoko, le directeur général a tenté, avec une certaine réussite, d’offrir aux téléspectateurs ivoiriens, des contenus qui ont permis de stopper quelque peu l’hémorragie. Avec son émission phare C’Midi et certains grands formats, son très beau plateau du Jt et le retour (certes encore timide) de débats contradictoires ouverts à tous, la Rti a cessé d’être « la chaine des grands énervements ». Si pour nombre d’Ivoiriens, RTI rime avec la télévision nationale, il est utile de rappeler qu’elle a aussi deux radios que sont radio Côte d’Ivoire et Fréquence 2 et plusieurs plateformes digitales. La Rti version Ahmadou Bakayoko, c’est d’abord une restructuration de la machine qui a tenu compte des exigences nouvelles (Communication, marketing, commercial, éditorial, contenus attractifs, digital, etc.) et un management nouveau dont les deux points forts restent le rajeunissement aux postes de directeur et la promotion des femmes. Côté genre, on note un mix générationnel avec des jeunes et des moins jeunes qui ont en commun leurs expertises et expériences.

Ainsi, on trouvera Mesdames Mariam Coulibaly, Ballo Ana, Silue Salimata, Da Chagas, Dembele Habiba, respectivement aux postes de directeurs de fréquence 2, de Rti distribution, de Radio Côte d’Ivoire, de Rti publicité, et des journaux d’information.

En ce qui concerne les jeunes, outre Didier Bléou dont la nomination a fait date, on observe les promotions de Gnakouri Jean-Luc, directeur marketing qui voit son champ s’élargir avec désormais la communication, de Sahifoulaye Koné directeur Rti digital, du jeune Cissé Inssa, directeur de la production et enfin de Olivier Kouakou, directeur des projets et de la Planification. A ceux-là, il faut ajouter les anciens dont certains ont vu leurs responsabilités se renforcer.

Préparation pour la concurrence ou simple réaménagement ? Pour nombre d’observateurs, ce chamboulement qui concerne à la fois les hommes et le matériel prépare à la concurrence avec l’entrée sur le marché de quatre nouveaux opérateurs. Vu la baisse d’audience du fait de la concurrence de la chaîne cryptée Canal, la Rti se préparerait logiquement à faire face aux nouveaux venus et leur résister. Pour l’heure, les équipes semblent plutôt s’atteler à mériter la confiance de leur Dg et offrir aux Ivoiriens des programmes aux contenus attrayants, instructifs et distrayants. Chacun se sachant investi d’une mission dont le moins qu’il en est attendu, est qu’il le réussisse. Cissé Inssa, directeur de la production, pour sa part, a salué ces nominations à ces postes. Pour lui, c’est le signe d’une confiance, d’un gros challenge, et d’un défi à relever afin de faire face à la concurrence. Sa mission, dit-il, matérialiser les idées et concepts novateurs des chaines. ’’Notre rôle, c’est la qualité des hommes aux plans artistique et technique et garantir les coûts de production. Nous bénéficions de moyens. Rien qu’à travers les décors, on observe qu’il y a un grand saut. Cela a nécessité de gros investissements. Nous avons pratiquement 8 régies dont deux grandes’’, note-t-il, avant d’ajouter que la Rti a pour ambition de devenir le leader de la télévision dans l’espace sahélo-saharien.

« C’est une équipe beaucoup plus rajeunie qui occupe désormais des responsabilités au plus haut niveau au sein de la ‘’Maison bleue’’. Ce qui dénote de l’adaptation de la Rti aux nouvelles réalités de la télévision moderne » indique une source qui a requis l’anonymat. Elle poursuit, « Effectivement, il y a eu une réorganisation depuis début février 2018. Nous avons eu la montée de beaucoup de jeunes et c’est à peu près quatre (4) nouveaux directeurs, tous des jeunes, qui ont été promus à divers niveaux. Cette nouvelle organisation, c’est en réalité pour amorcer l’avènement de la concurrence parce que face au marché qui change, il faut ‘’une équipe de combat’’.

Du côté de Rti digital (la direction en charge des plateformes digitales de la RTI, outre le site web, des applications mobiles et la présence sur les réseaux sociaux), Sahifoulaye Koné, le directeur, note que l’application mobile et le site web de la Rti enregistre plus de 3 millions de visiteurs connectés. La création de Rti Info nouvelle plateforme digitale de la Rti permettra aux Ivoiriens d’avoir les informations en continue bien que la Rti elle-même ne soit pas une chaîne d’information continue. ‘’Depuis 4 ans, nous proposons des contenus. Le digital, c’est l’avenir. Nous proposons des offres adaptées à ce mode de consommation’’, explique-il. Son avis sur ces nominations ? « C’est un message de confiance de la direction générale à ses employés. C’est un défi pour nous ! Nous mesurons le poids des responsabilités qui nous incombent’’, conclut-il. Enfin, pour Gnakouri Jean-Luc, Directeur marketing et Communication, « cette réorganisation permettra certainement de réorienter des aspects de notre stratégie pour mieux faire face aux changements qu’occasionnera l’avènement de la concurrence. Le Dg nous a fait confiance, notre responsabilité sera de répondre efficacement à ses attentes ». La Rti se préparerait à gagner des parts de marché qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Les hommes semblent motivés. Le matériel nouveau, à la pointe de la technologie, est à leur disposition. Reste à se tailler une place durablement.

Mixité ethnique

S’il y a un fait qui frappe à l’esprit, relativement à la composition du Comité de Management de la RTI, c’est la mixité ethnique au niveau des plus grands postes de responsabilité. On peut citer, entre autres, Brou Alexandre Franck Hermann, conseiller spécial du Dg, chargé des Relations publiques, de la Coopération internationale et du développement, Directeur des Finances et de la Comptabilité par interim; Huberson Essi Koffi, Directeur des ressources humaines (Drh) ; Dembélé Habiba, Directeur des journaux d’information ; Gnakouri Jean-Luc, Directeur marketing et communication ; Ballo Ana, directeur de Rti distribution ; Koné Sahifoulaye, directeur de Rti digital ; Raphaël Sotti, Directeur des Système d’Information ; Koné Siriki Sil, Directeur de Rti 1 ; Didier Bléou, Directeur de Rti 2 ; Dalla Diabagaté, Directeur Technique ; Ayemou David, directeur des moyens généraux ; Mariama Da Chagas, Directrice Rti Pub ; et de Kouakou Kouakou Olivier, directeur des projets et de la planification.

Promotion de la jeunesse

La nomination d’Inssa Cissé, en remplacement de Koné Siriki Sil, un ancien de la maison qui y a fait toute sa carrière en tant que réalisateur, à la tête de la production, atteste du rajeunissement des effectifs par le Dg, Ahmadou Bakaoyoko.

Mutation stratégique

En procédant à l’autonomisation de Rti digitale, la Rti montre qu’elle est au diapason des Technologies de l’information et de la communication (Tic). Le média d’Etat refuse de rester en marge de l’évolution technologique donc affûte plutôt ses armes pour le futur. Car la concurrence, surtout dans ce domaine, est ‘’farouche’’. Pour sa part, la Rti se positionne dans ce domaine comme une plateforme sérieuse avec plus de trois millions d’abonnés et plus d’un million de fans.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment