10232017Headline:

Can 2015: Saint Etienne menace Max Gradel

max gradel

Saint Etienne ne décolère pas à propos de son international ivoirien, Max Gradel.

Le club français qui le tient pour blessé, craint qu’il revienne de la Can avec une indisponibilité plus grande. Et donc, ne veut pas le voir participer à l’événement qui démarre le 17 janvier prochain, en Guinée Equatoriale.

Les dirigeants stéphanois ne croient pas du tout aux assurances données par le staff médical de la sélection nationale ivoirienne, qui estime que Gradel, actuellement à Abi Dhabi avec les Eléphants, est apte pour la compétition. «Max s’est fait mal derrière une cuisse à la suite d’un sprint, lors d’un entraînement et le médecin de notre club a diagnostiqué une blessure nécessitant quatre semaines d’arrêt. Cela fait cinq ans que je collabore avec lui et il ne s’est jamais trompé», a déclaré hier en conférence de presse, Christophe Galtier, l’entraîneur de Saint Etienne. Ce désaccord est même assorti de menace à peine voilée. «Il (Ndlr: Max Gradel) prend ses responsabilités, point. C’est son problème et ce n’est plus le mien, mais cela m’interpelle qu’il devienne opérationnel à nouveau aussi rapidement quand il rentrera, cela redeviendra notre problème», a ajouté Galtier.

C’est connu, les clubs européens n’apprécient guère que leurs joueurs africains s’absentent pour la Can. A chaque fois, avant le rendez-vous africain, la polémique enfle entre ces clubs et les sélections nationales africaines. Outre Max Gradel, les Sénégalais Diafra Sakho (West Ham) et Sadio Mané (Southampton) ont été déclarés forfaits par les clubs respectifs. Ce qui irrite le président de la Fédération sénégalaise, Me Augustin Senghor. D’ailleurs, le patron du football sénégalais entend ne rien céder, surtout pour ce qui concerne Mané. «On remarque que certains clubs ne veulent pas libérer leurs joueurs. Pour Sadio Mané, le dossier suit son cours. Nous avons discuté avec le médecin de Southampton et avons décidé du jour de son arrivée en regroupement. Sauf catastrophe, il va venir le 11 janvier», indique Me Augustin Senghor.

Dans le bras de fer avec les sélections nationales africaines, cette fois-ci, ce sont les médecins qui sont invités à monter en première ligne pour décréter l’indisponibilité des joueurs africains. C’est une fausse querelle, pour laquelle la Confédération africaine de football devrait réagir.

L’inter

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment