12052019Headline:

CAN 2017/Après la démission de Dussuyer, un journaliste livre des secrets sur les Eléphants et accuse les dirigeants de la FIF

Football/ Débâcle des Éléphants à la CAN 2017
Après la démission de Dussuyer, un journaliste fait de graves révélations sur les Eléphants et accuse les dirigeants de la FIF
« Le président Sidy est trop présent autour des Éléphants. Ça gène le coach et le travail »

La débâcle des Eléphants à la CAN 2017 n’a pas encore fini de livrer ses secrets. Après la démission du sélectionneur Michel Dussuyer, un journalise introduit dans le repaire des pachydermes ivoiriens dépeint l’ambiance qui a régné à Oyem et met à l’index le président de la Fédération ivoirienne de football, Augustin Sidy Diallo.

Le confrère Gustave De Bouaffo du « Nouveau Réveil » fait feu de tout bois depuis son retour de la CAN. Très déçu par l’élimination des Eléphants, le journaliste relève certains faits qui, selon lui, ont précipité le retour des Eléphants au pays natal.

Contacté par Linfodrome ce mercredi 1er février 2017, il a été très incisif.

Pour Gustave De Bouaffo, l’échec de la Côte d’Ivoire a été préparé à Abu Dhabi où la sélection a fait son stage avant la CAN : « Concernant l’ambiance, elle n’était pas saine. Tout est parti d’Abu Dhabi. L’intégration des nouveaux venus a été mauvaise. Le président de la Fif va venir donner un cachet particulier en accueillant Wilfried Zaha comme un messie. Certains dans le groupe n’ont pas apprécié et ont été un peu hypocrites. C’est de ça parle le coach », a-t-il soutenu.

 

Et de revenir sur la polémique née de la libération de Diarrassouba Viera, à la fin du stage d’Abu Dhabi: « La non sélection de Diarrassouba Viera qui est très apprécié par le groupe a frustré. C’est dans cette atmosphère que les choses se sont passées », a dit le journaliste du « Nouveau Réveil », avant d’accuser nommément des joueurs : « Pire, les nouveaux comme Jonathan Kodjia ont eu la grosse tête. Il a été un peu orgueilleux, après sa prestation à Bouaké. Il se voyait le Drogba et n’a pas été humble avec ses aînés comme Bony Wilfried. Conséquence, à la place de la complicité, il y a eu la concurrence déloyale créée par la mauvaise gestion des hommes par la Fif ».

« Le président Sidy est trop présent autour des Eléphants. Ça gène le coach et le travail »

Toujours incisif, De Bouaffo a enfoncé le clou et mis à l’index le président de la Fédération ivoirienne de football, Augustin Sidy Diallo : « Le président Sidy est trop présent autour des Éléphants. Ça gène le coach et le travail. Si Hervé Renard a réussi, c’est parce qu’il s’imposait ».

 

Pour terminer, le confrère est revenu sur l’ « affaire palabre entre Max Gradel et Michel Dussuyer ». Pour De Bouaffo, il n’y a pas eu de bagarre entre le joueur de Bournemouth et l’ex-sélectionneur des Eléphants : « Il n’y a pas eu de bagarre. A la fin du match contre le Maroc, Max Gradel était beaucoup affecté par cette élimination.  Il a estimé qu’il est entré tard. Il n’a pas pu se contenir est allé exprimer verbalement au coach son amertume de ne l’avoir pas fait jouer. Le moment était tendu car tout le vestiaire était en colère. C’est tout ! Sinon, Max Gradel n’a jamais eu l’intention de porter main au coach. Lui même l’a reconnu que Max est un peu grognon. Il dit ce qu’il pense et c’est tout. Il n’est pas méchant. En réalité, tout cela est arrivé parce que c’était lui qui devrait commencer ce match. C’est au dernier moment que Michel Dussuyer a changé. Il le sait. C’est ce qui l’a emporté après la défaite », a conclu notre confrère.

Adolphe Angoua

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment