05242022Headline:

Côte d’Ivoire : polémique autour de l’organisation de la Can 2023

L’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations est au centre d’un conflit entre le ministère des Sports et le comité d’organisation. Une cacophonie qui résonne jusqu’au sommet de l’État.
La tension continue de monter entre Paulin Claude Danho, le ministre de la Promotion des sports et François Amichia, le président du Comité d’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Cocan) 2023, mis en place par décret présidentiel et placé sous la tutelle du Premier ministre, Patrick Achi. Dernier épisode en date : le voyage à Abidjan, du 7 au 9 février, de Véron Mosengo-Omba, le secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF), venu visiter les stades et les infrastructures qui abriteront la compétition.
Ouattara informé
Contre toute attente, le Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (FIF) a, selon nos informations, préféré que le ministère des Sports se charge d’organiser cette visite à la place du Cocan, qui dispose pourtant du budget prévu à cet effet. François Amichia s’est donc senti mis à l’écart au profit du ministre Paulin Claude Danho, lequel est d’ailleurs proche de Mariam Gabala Dao, la présidente du Comité de normalisation.
Ce n’est pas le premier incident entre les deux hommes. Précédemment, le ministre avait proposé la nomination de certains membres du Cocan sans l’avis de son président et, lors de la CAN au Cameroun, une conférence du Comité qui devait annoncer la compétition en Côte d’Ivoire a été annulée sans raison, alors que les journalistes étaient déjà installés dans la salle.
Le décret instituant le comité d’organisation de la CAN, conformément aux statuts de la CAF, lui confère le rôle d’interlocuteur principal. Mais alors qu’en Guinée ou au Cameroun, cet organe est dirigé par le ministre des Sports, la Côte d’Ivoire s’appuie sur une personnalité nommée par le chef de l’État. Et le Cocan se plaint des ingérences du ministère, estimant qu’elles freinent ses activités. Ce dernier justifie ses interventions par un calendrier serré quant à la livraison des infrastructures.
Cette cacophonie autour de la CAN 2023 – dont le budget devrait osciller entre 174 et 203 milliards de F CFA, financé par l’État ivoirien – est arrivée aux oreilles d’Alassane Ouattara. Il faut dire que depuis plusieurs mois et bien que les commissions continuent de plancher sur l’organisation de la compétition, ce conflit de compétences plombe les préparatifs. Patrick Achi ne l’a pas encore arbitré, conseillant pour le moment aux deux parties de travailler ensemble. Comme le Premier ministre, Paulin Claude Danho et François Amichia sont des transfuges du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) d’Henri Konan Bédié qui ont rejoint le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratique et la paix (RHDP, au pouvoir).

Comments

comments

What Next?

Recent Articles