02052023Headline:

Coupe du monde 2022: Antoine Griezmann, l’équilibre des Bleus

La France, championne du monde en titre, affronte la Pologne dimanche 4 décembre en huitième de finale au stade Al-Thumama de Doha. Antoine Griezmann, très en vue depuis le début du Mondial, fera parler son expérience dans son rôle entre la défense et les attaquants tricolores.

Pour la troisième phase finale de Coupe du monde de sa vie, Antoine Griezmann est plus serein que jamais. Le numéro 7 des Bleus, royal depuis le début du tournoi, s’est vu gommer son premier but au Qatar, face à la Tunisie. Pas de quoi en faire un drame. Mettre la balle au fond des filets n’est pas une priorité.

Son rôle ici en 2022 : être dans la relation entre la défense et les attaquants. « Avec trois joueurs devant moi, j’ai plus de possibilités, de choix (…) Je suis peut-être moins proche de la surface adverse, dit-il. Je ne vais pas tirer cinquante fois par match. Je ne me prends pas la tête par rapport au but (il reste sur une série de douze matches sans marquer en sélection, NDLR). Je pense que l’équipe a besoin de moi plus dans le cœur du jeu. On a besoin de cet équilibre. Sans une grande défense tu ne gagnes pas les grandes compétitions ».

« Il y a toujours ce petit stress, cette petite adrénaline »
À 31 ans, le joueur de l’Atletico Madrid semble dévorer cette Coupe du monde, et laisse petit à petit de côté une grande partie du stress lié à ce genre d’événement. « Je racontais à Mattéo (Guendouzi) et Jordan (Veretout) que ce qu’ils ont ressenti contre la Tunisie, je l’ai ressenti contre l’Australie au premier match. Ce stress, les jambes lourdes, tu ne sens pas le ballon… Et dès le deuxième match, c’est parti. En 2018, c’était presque tous les matches comme ça. Et alors en 2014, ce n’était pas moi, je ne pouvais pas jouer. Plus on avance, plus on joue les compétitions, plus on se relâche, mais il y a toujours ce petit stress, cette petite adrénaline. »

Si la France fait partie des équipes que l’on imagine championne du monde le 18 décembre prochain, pour Antoine Griezmann, c’est encore loin. « La Pologne, ça va être compliqué, on n’est pas en quarts. C’est un huitième de Coupe du monde, et on a vu qu’on peut perdre contre n’importe quelle équipe ». Réaliste, Griezmann ne peut pas oublier l’élimination de la France lors du dernier Euro par la Suisse, en huitièmes de finale.

Après avoir vécu des moments difficiles à Barcelone et lors de son retour à l’Atlético, Griezmann se dit aujourd’hui « en pleine confiance ». L’enfant de Mâcon, jugé trop frêle par plusieurs centres de formation, repéré in extremis par le club basque de la Real Sociedad, avait été ému aux larmes lors de l’élimination de la France face à l’Allemagne au Brésil en 2014.

Dans le cœur du public français
Depuis, celui qui deviendra deux années plus tard meilleur joueur et meilleur buteur de l’Euro 2016 en France est largement entré dans le cœur du public français. Sa personnalité amusante et ses célébrations parfois fantasques font vibrer les gamins et tous les supporters de « Grizou ». Antoine Griezmann est revenu sur sa relation avec le sélectionneur Didier Deschamps : « Je lui dois tout », a lancé le numéro 7. « Comme sélectionneur, si tu n’aimes pas un joueur, tu ne l’appelles pas. Antoine Griezmann, je le connais bien et je l’apprécie beaucoup », répond Didier Deschamps.

Pour la France, après la défaite contre la Tunisie, l’heure est désormais au rebond face à la Pologne qui s’appuie sur un buteur hors normes, Robert Lewandowski, auteur de sa première réalisation en Coupe du monde face à l’Arabie saoudite. Discipliné dans la récupération du ballon, Antoine Griezmann semble s’épanouir dans son nouveau rôle de milieu relayeur droit.

Une raison supplémentaire de le suivre face aux Aigles blancs. En Coupe du monde, les deux nations ne se sont croisées qu’à une seule reprise en 1982. La Pologne de Boniek avait alors dominé la France de Tigana (3-2). La Pologne n’avait plus atteint les huitièmes de finale depuis le Mondial 1986 au Mexique.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles