09252018Headline:

Crise au Taekwondo/Retour à la case départ

De gauche à droite: Me Alphonse Nimlin (SG du collectif, CN 4è DAN), Basile N’guessan (CN 6è DAN) et le président du collectif, Ibrahima Soumahoro (CN 5è DAN)
Le collectif des clubs de taekwondo et maîtres de salles de Côte d’Ivoire (CCTMSCI), dirigé par Ibrahima Soumahoro, a organisé, le mercredi 30 mai 2018, une conférence de presse, dans un grand restaurant de la Riviera, pour faire savoir que la crise n’est pas encore terminée, contrairement au communiqué du ministère des sports annonçant la fin des hostilités.

Le collectif des clubs de taekwondo et maîtres de salles de Côte d’Ivoire (CCTMSCI) a fait, le mercredi 30 mai 2018, une sortie dans un restaurant de la Riviera, une semaine après le communiqué du ministère des sports annonçant la fin de la crise au taekwondo. Il s’agissait pour les membres dudit collectif dirigé par Ibrahima Soumahoro, ceinture noire 5ème DAN, de revenir sur « la crise au sein de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo (FITKD) suite à la volonté de monsieur BAMBA Cheick Daniel de vouloir briguer un troisième mandat à la tête de la FITKD malgré les recommandations de l’article 21 alinéa 5A du règlement intérieur qui stipule « Le Président de la FITKD est élu pour un mandat de quatre (4 ans) renouvelable une (01) seule fois consécutivement ».

Présentant les faits, le SG du CCTMSCI, Alphonse Nimlin, qui avait à ses côtés le président Ibrahima Soumahoro et Basile N’guessan, a rappelé que « avant, pendant et après la date du 11 décembre 2016, jour de l’assemblée générale extraordinaire, une chronologie d’actions émaillées de nombreuses irrégularités à l’actif du comité directeur sortant qui a abouti à l’élection de monsieur BAMBA Cheick Daniel à la tête de la FITKD pour un troisième mandat », avant d’ajouter que « quelques clubs plaignants, refusant de cautionner cette forfaiture ont saisi le Comité National Olympique de Côte d’Ivoire (CNO-CI) afin que justice soit faite ».

Mais « A la date du jeudi 24 mai 2018 », indique le conférencier, soient 17 mois plus tard, le Ministre des Sports et Loisirs décide de laisser monsieur BAMBA Cheick Daniel finir son troisième mandat dit ”exceptionnel”, à la tête de la FITKD et cela, malgré toutes les irrégularités flagrantes constatées et par lui-même et par le CNO-CI ». Le CCTMSCI a dit avoir pris acte de « cette décision de monsieur le ministre des sports et loisirs » et l’en remercie.

Toutefois, selon le collectif, « le contenu des résolutions est de nature à ne pas concilier les parties et donc, à ne pas ramener la paix à la maison, vu que de part et d’autre, lesdites résolutions suscitent des réactions contraires aux objectifs visés », a dit Alphonse Nimlin qui « est conscient des efforts faits au quotidien par le ministère des sports et loisirs pour grandir le sport en Côte d’Ivoire ». Poursuivant ses propos, il a indiqué qu’ « il est important de noter que l’application stricte des textes statutaires régissant les fédérations sportives pourrait éviter la survenue de crises similaires ».

Dans le souci d’apporter son soutien à monsieur le ministre des sports et loisirs à la résolution définitive de cette crise, le collectif « se tient déterminé et disposé à participer activement aux rencontres diligentées par ses soins en présence de la partie adverse afin d’exposer les préoccupations réelles des clubs en plus de celles déjà connues pour le retour définitif de la paix à la FITKD ».

Par ailleurs, le collectif dit avoir adressé des courriers au ministère des sports et Comité national olympique (CNO-CIV) pour des audiences. Autant dire que malgré les efforts déployés par nos autorités, aucune ligne n’a bougé. Autrement dit, nous sommes toujours à la case départ.

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment