08212017Headline:

Dernier hommage de la Chine à Tioté / Le témoignage touchant de Papiss Cissé

Décédé le 5 juin des suites d’un malaise à l’entraînement avec son club du Beijing Entreprises, Cheick Tioté a reçu un dernier hommage de la Chine, ce mardi. Famille, amis et coéquipiers étaient tous présents pour honorer la mémoire du milieu de terrain ivoirien. Son ancien coéquipier à Newcastle, Papiss Cissé, qui évolue également en Chine, lui a notamment rendu un hommage poignant.

Triste réalité ! Aujourd’hui, l’international ivoirien n’est plus. Sa disparition brutale laisse un goût très amer d’inachevé chez les proches du joueur. L’international papiss Cissé présent ce mardi à Pékin ce mardi n’a cessé de fondre en larmes tout au long de la cérémonie de levée de deuil et a tenu à rendre un témoignage à son ami disparu. « Lundi dernier (le 5 juin, jour du décès de Cheick Tiote), j’avais deux jours de repos. On avait convenu de se voir, lui et moi, dans la semaine. Deux jours auparavant, il m’avait envoyé une vidéo pour me souhaiter un joyeux anniversaire (Papiss Cissé est né le 3 juin, ndlr). On a rigolé un peu avant de se donner rendez-vous. Le lundi, je partais manger avec mes deux cousins et c’est sur le chemin du restaurant que son agent m’a appelé pour me dire que Cheick est tombé à l’entraînement, il y a une heure et il parait qu’il a rendu l’âme à l’hôpital où il était transféré. Je ne voulais pas y croire. Il m’a confirmé que Cheick nous a quitté, que tel était la volonté divine.

Sur le coup, je n’ai rien dit à mes cousins, qui le connaissaient très bien. J’étais sonné. C’est une fois à la maison que je les ai informés avant de m’enfermer seul dans mon appartement. J’ai pensé à tout. J’aurais donné tout donné pour faire revenir mon frère Cheik, si ça ne tenait qu’à moi  Il était plus qu’un ami pour moi. Je le considérais comme un frère de sang. C’était un frère pour moi. Un vrai. Il me disait tout le temps : Tu es mon frère d’une autre maman. Il venait souvent passer quelques jours de vacances au Sénégal. Et, après plusieurs passages au pays, il me disait qu’il voulait acheter une maison au Sénégal pour pouvoir y revenir très souvent.

Je lui répondais que ça serait extraordinaire et lui ai promis de l’aider à trouver une maison au Sénégal. Il ne s’en était jamais caché, le Sénégal était sa deuxième patrie. Sa femme, Madah, est une Sénégalaise. Il aimait beaucoup la lutte avec frappe qu’on appelle lutte sénégalaise en Côte d’ivoire. Il a supporté Balla Gaye 2 à fond. Le jour où il a su que Balla est mon cousin, il est devenu fou.

Au début, il refusait d’y croire. Il me disait qu’il n’avait pas de hasard dans la vie, parce qu’il ne pouvait pas croire qu’il allait un jour côtoyer un  de ses parents, jusqu’à devenir très proche de celui-ci. »

&life

                                

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment