12142018Headline:

Football: L’entraîneur de l’Asec Mimosas, Amani Yao César Lambert, est un technicien heureux.

L’entraîneur de l’Asec Mimosas, Amani Yao César Lambert, est un technicien heureux. Sous pression après 3 défaites d’affilée, son équipe a battu (3-1), le dimanche 11 novembre 2018, son éternelle rivale, l’Africa Sports d’Abidjan, lors de la 10ème journée de la ligue 1 disputée au Stade Robert Champroux de Marcory.

Au coup de sifflet final de l’arbitre Biro Kouassi Frédéric, l’entraineur Amani Yao a poussé un ouf de soulagement. Son équipe, l’Asec Mimosas, après 3 défaites d’affilée, a jeté sa colère sur son éternelle rivale, l’Africa Sports d’Abidjan.

A la fin du match, le technicien mimosas s’est mis devant les vestiaires pour féliciter ses joueurs, un à un. Il est revenu sur ce derby.

Vos impressions ?

Ça été un match intense face à une bonne équipe de l’Africa. On a été tactiquement très bien disciplinés. Sauf les 10 dernières minutes de la première mi-temps où on n’a pas été bons et ils sont revenus au score. Mais je pense qu’on a fait preuve de constance, de combativité même si dans le contenu du match, j’ai beaucoup à dire. L’essentiel c’était d’arrêter cette spirale-là, qui plus est contre le rival. Je pense que c’est de bon augure.

Quelle a été la clé de ce match ?

C’est au mental que les joueurs sont allés chercher sans faire un football extraordinaire. Ils avaient à cœur de relever ce défi-là, parce que 3 défaites d’affilée, ce n’était pas digne de l’Asec. Donc ce sont eux qui sont sur le terrain, les premiers concernés. Ils se sont révoltés. Ils ont eu ce sentiment de révolte-là. Ils ont fait preuve d’un très bel état d’esprit. Donc c’est au mental qu’ils sont allés chercher cette victoire.

Votre poste était menacé quelque part ?

Moi, je n’ai aucun problème dans ce métier d’entraineur. Si ce n’est pas ici, c’est ailleurs. Je ne fais pas ce boulot en me posant la question de savoir si je serai là demain ou après-demain. Le président ne m’a rien dit. Quand on a perdu les 3 matches, il m’a toujours passé un coup de fil pour m’encourager. Hier (samedi 10 novembre 2018 : ndlr), il était à l’entrainement, pour encourager les joueurs, l’encadrement, et tout. Voilà, donc je ne me pose vraiment pas ce genre de question-là quand je viens aux matches.

Après toutes ces défaites est-ce le déclic ?

On verra ce que ça va donner sur la durée. C’était déjà bon de prendre les 3 points ce soir contre le rival. J’espère qu’on pourra enchainer dans les 3 oppositions qui restent.

Après ces 3 défaites, n’aviez-vous pas douté ?

Pas du tout. Moi, je n’ai jamais douté. Si j’avais douté, ça allait rejaillir sur les joueurs. Ils étaient entre guillemets au fond du trou. Mais semaine après semaine, j’ai vu des mecs travailler, surtout cette semaine-là. J’espère que ce n’est pas seulement contre l’Africa. De toutes les façons, on est là pour les booster. L’état d’esprist qu’ils ont montré, je savais qu’ils allaient réagir à un moment donné ou à un autre.

Et dans la durée ?

Attendons de voir.

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

abidjant.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment