09242020Headline:

Hervé Renard : «j’ai confiance aux joueurs et je sais qu’ils vont se qualifier. »

hervé renard civ

Hervé Renard et l’équipe locale de Côte d’Ivoire se sont envolés dans la nuit du mardi 21 octobre 2014 pour Lusaka où ils doivent livrer un match amical avec la Zambie le 25 octobre 2015.

Avant leur départ, le sélectionneur a donné quelques informations sur son groupe. Il revient également sur la défaite face à la RD Congo du 15 octobre dernier.
C’est un groupe très jeune qui part en Zambie. Pourquoi?

Il y a les quatre joueurs de San-Pedro qui sont avec nous en sélection A, et puis, un autre de 23 ans, Koné Ibrahim, parce que je le trouve intéressant. Tout le reste du groupe, ce sont des moins de 20 ans parce que nous voulons préparer l’avenir.

Justement, est-ce un message que vous adressez aux clubs de l’élite?

Nous allons nous préoccuper de former une équipe qui va tourner autour des moins de 23 ans parce qu’il y aura le tournoi de Toulon au mois de Mai 2015 où, normalement, la Côte d’Ivoire sera invitée. Ensuite, il y aura les éliminatoires des Jeux Olympiques de 2016. Il faut donc se concentrer sur cette moyenne d’âge. Parce que quand on est plus âgé et qu’on n’a pas eu d’expérience au niveau international, pour un joueur local, il est difficile de s’imposer. Maintenant, il y a toujours des exceptions. Nous verrons, mais en règle générale, il faut s’appuyer sur la jeunesse. Et puis, essayer de les préparer à rejoindre au plus vite l’équipe A. C’est cela le message.

Est-ce à dire que ce sera la base de l’équipe nationale locale?

Nous garderons toujours le même cap. Mais nous n’avons aucune restriction, donc nous pouvons nous permettre de mettre qui nous voulons, mais il faut avoir une ligne de conduite basée sur de jeunes joueurs, principalement, moins de 23 ans. C’est une ligne que nous devons respecter, même s’il y aura quelques exceptions.

C’est aussi une façon de préparer la Can U20?

Oui, mais c’est surtout dû au fait que Kamara Ibrahima les connaît très bien. Et moi, je ne peux pas me passer de quelqu’un qui est là depuis deux à trois ans. Il ne faut jamais oublier que le temps en football est quelque chose de primordial. C’est pour cela quand on n’a pas de temps, c’est toujours difficile. Souvent des gens nous prennent pour des magiciens, malheureusement, nous ne le sommes pas.

Je le dis peut-être pour me défendre un peu (rire…), mais vous pouvez regarder l’Allemagne et l’Espagne, il y a des joueurs qui ont arrêté et la transition est difficile. Les Allemands qui perdent en Pologne et perdent des points à domicile, les Espagnols qui ont du mal. Van Gaal qui a un début difficile à Manchester United. Donc, les gens doivent comprendre qu’en football, ce n’est pas en claquant les doigts qu’on peut réussir à bâtir quelque chose. Il faut donc un peu de temps. Le moins de temps possible, c’est le mieux.

Est-ce à dire que les difficultés actuelles des Éléphants sont dues au fait que vous n’avez pas eu du temps pour mettre votre philosophie de jeu en place?

C’est un peu difficile, mais j’ai confiance aux joueurs et je sais qu’ils vont se qualifier.

Nous avons appris que vous avez des arriérés. Confirmez-vous l’information?

Non, ce n’est pas vrai. Et je ne sais pas pourquoi des journalistes sortent tout ça. Je peux vous assurer qu’il n’y a rien de cet ordre là. S’il y avait un problème, je l’aurais dit. Mais bon, il y a toujours des gens pour créer des problèmes, même là où il n’y en a pas.

Les conditions sont-elles réunies pour vous inscrire dans la durée comme vous l’annonciez à votre arrivée?

Quand on est entraîneur, on a toujours son bagage qui est prêt, parce qu’on ne sait jamais ce que demain sera fait. Je me suis inscrit dans la durée dans ma tête, après c’est la vie qui (…) Lire La suite sur Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles