10172017Headline:

La saga Kolo touré et la domestique Alice Sawyer: ce qui s’est réllement passé

Kolo touré-Alice sawyer

«Je devais travailler 8 heures-20 heures du lundi au vendredi, mais souvent mon heure de travail courrais jusqu’à aussi tard que 3 heures du matin.

«ils me donnent rarement  un jour de congé et je travaillais habituellement le week-end.

“Je commençais premièrement le nettoyage de la cuisine, puis toute la maison – époussetage, passer l’aspirateur, changer les lits, faire le lavage et aider à préparer la nourriture.

“Il était non-stop. J’étais sur mes pieds tout le temps. Tout ce que j’entendais etaient des cris et des palintes.

“Elle m’a même fait que je  l’appelle« Madame »au lieu de son vrai nom.

” je me sentais comme une esclave:

“Elle était en colère tout le temps. Peu importe si ce que je faisais était bien.

“Elle passait sa main sur les surfaces que je dépoussiérais pour me faire faire à nouveau. Elle se levait devant ma face en criant et  en pointant son doigt.

Alice travaille souvent 16 jours sans prendre de repos pour etre payée  moins que le salaire minimum garanti qui est de 6.63 Livres Sterling de l’heure.

j’avais  tellement peur de Madame  que j’ai composé le 999 pour aire appel à la police.

«J’avais partager une chambre avec une autre femme des Philippines, mais elle n’était pas d’accord pour ça . Elle m’a fait quiter ma voisine pour dormir dans une chambre à coucher avec les deux aînés de ses  enfants – même si c’ était une maison de cinq lits. Je n’vais même pas l’espace pour garde-robe, donc je devais mettre mes affaires  dans une valise”.

Alice dit: «Je devais tout faire, même mettre la lotion sur leur enfant 12- ans et attacher les lacets de leur fils. Les envoyer à l’ecole et finir les travaux du sous-sol avant que madame Kolo ne se reveille vers midi.

“Madame n’a pas d’amis et ne quite jamais quitter la maison.”

“Madame n’a pas d’amis et ne jamais quitter la maison.”

” Une nuit, elle m’a mis en larmes . Nous marchions pour aller à un restaurant et  tout d’un coup elle s’est  arrêtée et m’a demandé d’attacher son lacet .«J’étais tellement gênée et me sentais vraiment humiliée . Je ne voulais pas le faire, mais comment pourrais-je dire non? “

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment