10172017Headline:

Le jour où Drogba Didier et ses coéquipiers ont frôlé la mort/ce qui s’est passé

Voici ce qu’on appelle, retirer les vieux squelettes du placard. Nous allons vous raconter une triste anecdote connue certainement de peu de personnes.
Le 13 février 2012, après la Coupe d’Afrique des Nations qui s’était déroulée conjointement au Gabon et en Guinée-Équatoriale et durant laquelle l’équipe de Côte d’Ivoire avait terminé vice-championne suite à sa défaite en finale contre la Zambie (0-0, 8-7 tab). L’avion transportant les Eléphants de Libreville à Abidjan, a failli s’écraser. L’appareil a traversé une zone de turbulences. Ce qui a créé la panique à bord. Drogba Didier et ses coéquipiers ont frôlé le drame.

 

« Le décollage a été très pénible. L’avion a vraiment eu du mal à décoller. On l’a tous senti. C’était un mauvais présage », raconte aujourd’hui Igor Lolo.

« L’avion était secoué comme de vulgaires popcorns. Et on a commencé à perdre de l’altitude. On était tous paniqués. On s’est mis à crier à tue-tête. Tétanisés par la peur, certains priaient dans leur coin. Copa (Barry) récitait des sourates du Coran. Seul Emmanuel Eboué jouait au fou. Il criait ‘’Si le pilote ne sait pas comment faire, qu’il me laisse les commandes. Je vais piloter cet avion », ajoute-t-il.

 

La peur était d’autant plus profonde, en pensant à 1993 où un avion militaire transportant la sélection zambienne s’était écrasé aux larges du Gabon, tuant tous ses occupants. L’image était dans l’esprit des Ivoiriens qui pensaient alors subir le même sort. Surtout, certainement par superstition. En effet, ce se sont les rescapés de cette sélection, qui ne payaient pas de mine, certainement poussés par les disparus qui les ont battus dans cette finale où pourtant ils partaient plus que favoris.

« On avait que des idées noires qui nous traversaient l’esprit. On était tous devenus pâles. J’ai vu les plus âgés et des hauts dirigeants de la fédération pleurer. On a pensé que c’était fini pour nous (…) Ce furent les vingt minutes les plus longues et les plus dures de ma vie, de notre vie », ajoute Lolo.

 

Finalement, le reste du voyage s’est déroulé parfaitement. L’avion a atterri à Abidjan en douceur. Les joueurs étaient sonnés. Mais c’était pour eux un grand soulagement de rentrer sain et sauf au pays.

Joe Midelli

.abidjanshow

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment