03252017Headline:

Les cinq choses à retenir de l’édition 2016 du Championnat d’Afrique des nations

rc congo equipe

L’édition 2016 a confirmé la tendance : le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) monte en puissance. Au lendemain de la victoire de la RD Congo sur le Mali 3 à 0, Jeune Afrique a retracé les grands moments de la compétition. Voici 5 choses à retenir du CHAN 2016.

1. La RDC, seule nation doublement sacrée

La RDC caracole en tête du palmarès. Pour la deuxième fois, les Léopards ont remporté la compétition dimanche 7 février face au Mali, battu 3-0. Une large victoire très commentée en raison de la pluie venue perturber le match, selon certains supporteurs maliens.

Il n’empêche : la sélection congolaise est devenue dimanche la plus titrée de la jeune compétition, réservée aux joueurs africains évoluant sur leur continent. En 2009, année du lancement du CHAN, les Léopards avaient en effet remporté la première édition de la compétition. Portée par les joueurs du TP Mazembe. La sélection congolaise avait alors battu le Ghana 2-0 au stade Félix Houphouët-Boigny, à Abidjan.

2. La Zambie, meilleure défense – la RDC, meilleure attaque

Logiquement, la meilleure attaque 2016 revient aux Léopards. Avec 14 buts inscrits, la sélection congolaise devance largement la deuxième meilleure attaque du championnat, attribuée à la sélection ivoirienne. Avec 10 buts à leurs actifs, les Éléphants ont terminé à la troisième place, après avoir remporté la petite-finale 2-1 face à la Guinée.

Côté défense, la Zambie est l’équipe qui a le mieux su protéger ses filets. Il faut dire qu’en quatre matches, l’équipe n’a encaissé aucun but. Une performance toutefois pas suffisante pour se hisser en demie finale : la Zambie a été sortie en quart aux tirs aux buts par la Guinée, qui participait pour la première fois à la compétition. Quant à la sélection nigérienne, elle est de loin la plus mauvaise défense de la compétition, avec 11 buts encaissés en 3 matches.

3. RDC vs Rwanda, le match phare de la compétition

En quart de finale, le Rwanda, pays hôte, a affronté la RD Congo voisine. Un derby de Grands Lacs inédit au CHAN qui a tenu toutes ses promesses : engouement, spectacle et suspense étaient au rendez-vous. Après une domination des Léopards à la première période (0-1), les Amavubi (les guêpes en kinyarwanda) ont repris le jeu à leur compte et ont égalisé à la seconde mi-temps. Il a fallu attendre la 113e minute pour voir le dénouement de ce match grâce à une tête du défenseur central congolais Bopunga (1-2).

Malgré les relations quelques fois tendues entre les deux pays, sur fond des suspicions sécuritaires mutuelles, la rencontre s’est déroulée dans le calme et un bon esprit sportif. Un pari gagné pour les organisateurs rwandais de la compétition et un trophée de fair-play accordé à la sélection congolaise.

4. Elia Meschak, la révélation de la compétition

Sans surprise au vu du palmarès, la révélation du CHAN 2016 est congolaise. Elia Meschack, nouvelle recrue du TP Mazembe, a en effet été désigné meilleur joueur et meilleur buteur de la compétition par la Confédération africaine de football (CAF).

En revanche, le trophée du plus beau but lui échappe. Ce prix est revenu à l’Ivoirien Serge N’Guessan  pour son but marqué contre le Cameroun. Un tir de 45 mètres, venu finir sa course dans les filets du gardien camerounais.

5. Les « onze types » du CHAN 2016

Le « onze type » sélectionné colle de près au palmarès de l’édition 2016. Tous les joueurs sélectionnés ont en effet participé à la finale ou à la petite finale. Et là encore, la RD Congo est la sélection la plus représentée avec quatre joueurs : Ley Matampi, Joël Kimwaki, Elia Meschack et Jonathan Bolingi.

Dans le détail, voici le « onze type » complet de la Confédération africaine de football : Ley Matampi (RD Congo), Abdoul Karim Danté (Mali), Joël Kimwaki (RD Congo), Cheick Ibrahim Comara (Côte d’Ivoire), Mohamed Youla (Guinée), Ibrahima Sory Sankhon (Guinée), Elia Meschack (RD Congo), Serge N’Guessan (Côte d’Ivoire), Hamidou Sinayoko (Mali), Jonathan Bolingi (RD Congo), Sékou Koïta (Mali)

jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment